Montebourg salue l'unité sur la nationalisation de Florange

le
5
ARNAUD MONTEBOURG ÉVOQUE UNE UNITÉ NATIONALE SUR LA NATIONALISATION DE FLORANGE
ARNAUD MONTEBOURG ÉVOQUE UNE UNITÉ NATIONALE SUR LA NATIONALISATION DE FLORANGE

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg a salué mardi l'unité nationale qui se dessine selon lui sur une nationalisation temporaire du site ArcelorMittal de Florange (Moselle), avant une rencontre entre le PDG du groupe sidérurgique et François Hollande.

Les autorités françaises pressent ArcelorMittal de céder plus d'activités que prévu à l'origine à Florange pour permettre la reprise du site mosellan par un industriel.

"Il y a comme une sorte d'unité nationale qui se construit progressivement autour du projet de nationalisation temporaire", s'est réjoui le ministre du Redressement productif lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, citant plusieurs personnalités d'opposition ayant validé cette idée.

Il a évoqué "la proposition que nous formulons aujourd'hui de prise de contrôle public temporaire avec un repreneur industriel qui met lui-même son argent".

Arnaud Montebourg avait annoncé la semaine dernière que le gouvernement avait reçu "deux offres et marques d'intérêt sur un périmètre plus large que celui octroyé par la famille Mittal".

Le bras de fer avec le sidérurgiste s'est accentué alors qu'approche la date du 1er décembre, échéance fixée par ArcelorMittal au gouvernement français pour trouver un repreneur des activités qu'il souhaite fermer à Florange.

Arnaud Montebourg a ainsi déclaré dans un entretien publié lundi que "nous ne voulons plus de Mittal en France parce qu'ils n'ont pas respecté la France", avant de préciser qu'il visait non pas la présence du groupe en France mais ses méthodes.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a quant à lui pressé ArcelorMittal de tenir ses engagements. "Il est important que la discussion avec ce groupe soit la plus franche possible et avec une attente des autorités françaises que les engagements pris soient tenus", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Lakshmi Mittal devait être reçu en fin d'après-midi par François Hollande à l'Elysée.

Jean-Baptiste Vey et Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • farouxfr le mardi 27 nov 2012 à 18:19

    Mettez moi ce fou à la porte! Heureusement qu'il y a des patrons qui gagnent de l'argent malheureusement nous ne savons pas les garder, ils se sauvent et le chômage s'installe. La France devient une république bananière... y a pas bon pat'on !

  • baljo le mardi 27 nov 2012 à 18:04

    Une unité de vue sur les problèmes industriels qui vous échappe massivement bien sûr.

  • M9456028 le mardi 27 nov 2012 à 18:00

    Mittal c 650 mions de perte au trimestre et 28 miards de fortune perso .cherchez l'erreur . Catégorie rapteur/raideur destructeur .DEHORS . et pour une fois bravo montebourg .

  • frk987 le mardi 27 nov 2012 à 17:16

    Quelle unité ????? il prend ses rêves pour des réalités, la schizophrénie le ronge.

  • v.mart10 le mardi 27 nov 2012 à 17:12

    "une sorte d'unité nationale"...il est vraiment devenu FOU....!