Montebourg pour "réarmer la République" contre la finance

le
0

NICE (Reuters) - Arnaud Montebourg a repris mercredi à Nice les idées majeures de son programme de la primaire socialiste en préambule d'un meeting de François Hollande, invitant à "réarmer la République", face aux "forces de la finance".

Le député de Saône-et-Loire, récemment intégré dans l'équipe de campagne du candidat socialiste à la présidentielle en tant que représentant spécial, était arrivé troisième de la primaire d'octobre (17% des voix) avec un programme axé sur la "démondialisation".

"Le changement, c'est celui qui consiste à réarmer la République", a-t-il déclaré devant quelque 2.000 personnes réunies au Théâtre de verdure de Nice.

"Partout le système financier a imposé sa loi injuste sur l'économie", a-t-il dénoncé.

Face à la montée du candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon, la présence d'Arnaud Montebourg à Nice sonne comme une inflexion vers la gauche pour François Hollande, que certains jugent trop au centre même s'il a fait de la finance son principal "adversaire".

Après avoir déploré les "trois crises financières venues du droit absolu conquis par les banques de faire n'importe quoi", Arnaud Montebourg a salué l'idée du candidat investi de séparer les activités de dépôt et de spéculation des banques.

Le député de Saône-et-Loire a aussi appelé à la lutte contre les paradis fiscaux. "Et il y en a qui ne sont pas si loin", a-t-il dit, visant la principauté de Monaco, située à une vingtaine de kilomètres de Nice

Au plan européen, Arnaud Montebourg a opposé à la "droite austéritaire" la "gauche européenne de la croissance", approuvant le choix de François Hollande de demander la renégociation du traité européen signé par 25 pays pour y intégrer une dimension de croissance.

Ce "message de la renégociation (est) entendu partout", a-t-il assuré. "Partout les Etats se rendent compte que (la chancelière allemande-NDLR) Mme Merkel avec sur le porte-bagages le président de la République française, a conduit à l'austérité".

Arnaud Montebourg a salué en François Hollande "le candidat étincelant du Bourget" qui prépare la France au "redressement national" sous "les quolibets et les injures d'une droite qui a perdu le sens de la mesure".

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant