Montebourg ne veut plus jouer les Don Quichotte

le
0
Pour le ministre du Redressement productif, plus question de désigner publiquement les patrons qu'il juge coupables, de pointer les responsabilités, il préfère surtout parler de ses succès, parmi lesquels tous les emplois que son ministère a permis de sauver.

«Quand on lui parle de Petroplus, d'Aulnay et de Florange, Arnaud Montebourg voit rouge, confie un proche du ministre du Redressement productif. Il considère que ce sont trois histoires très différentes. Il estime aussi qu'il y a un prisme médiatique.» Cette focalisation sur ces trois dossiers sociaux tient bien sûr au nombre d'emplois industriels menacés et l'ancrage français de ces groupes. Mais, le «prisme médiatique» tient surtout aux engagements qu'avait pris François Hollande durant sa campagne lorsqu'il s'était rendu sur les sites d'AcelorMittal à Florange et de Petroplus à Petit-Couronne. «Vous êtes le symbole du comportement des banques qui ont été renflouées à bien des occasions et qui, quand on...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant