Montebourg : «Le made in France est en marche dans la tête des Français»

le , mis à jour à 10:38
17
Montebourg : «Le made in France est en marche dans la tête des Français»
Montebourg : «Le made in France est en marche dans la tête des Français»

Transformer des réflexes de consommation bobos en phénomène de société, c'est le pari que se lance Arnaud Montebourg. L'ancien ministre socialiste et le centriste Yves Jégo ont lancé mercredi la structure « Vive la France » qui vise à soutenir la fabrication et le savoir-faire français.

Ce jeudi matin, les deux ont les honneurs des matinales. « Vive la France, c'est d'abord l'association de deux anciens ministres, l'un de Sarkozy, Yves Jégo, l'autre de François Hollande, moi-même, pour dire que le fabriqué en France est une cause nationale », a fait valoir l'ancien ministre du Redressement productif sur RTL. Cette cause, « qui appartient à tout le monde », est un « appel à se rassembler autour de l'appareil productif français ».

« Dans les magasins, des vendeurs viennent me voir et me disent : Ah monsieur Montebourg, les clients nous demandent où c'est fabriqué, on ne sait pas leur répondre. (...) Le made in France est en marche dans la tête des Français ». Mais il faudra du temps. Dans le domaine textile, par exemple, « la production chinoise et asiatique a détruit notre appareil productif ».

Mais de la théorie à la pratique, de la une du Parisien magazine en marinière tricotée à Quimper au portefeuille des ménages, le VRP du « Vive la France » peine à convaincre les auditeurs qui appellent. Confronté à l'expérience de la marque de lingerie Lejaby, dont une partie des petites mains hyper spécialisées avaient participé à l'aventure des Atelières avant de devoir à nouveau mettre la clef sous la porte, et dont l'une avait expliqué à l'antenne que le made in France était « un mirage pour les politiques, une arnaque pour les consommateurs », Montebourg admet la difficulté. L'étiquette « origine France garantie » assure-t-il en ouvrant le pan de sa veste, Smuggler bien sûr (ndlr : Arnaud Montebourg joue depuis quelques temps le mannequin, bénévole, pour cette marque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le jeudi 18 juin 2015 à 20:10

    Pauvre type !!!!

  • soulamer le jeudi 18 juin 2015 à 12:20

    les socialos ont lancé les grandes surfaces ts les profs y courraient acheter des mer des asiatiques

  • soulamer le jeudi 18 juin 2015 à 12:19

    acheter francais ca fait trente ans que les sages le disent idem pour le tourisme.. ces memes socialos qui se reveillent aujourd'hui étaient les premiers a denigrer ces metiers

  • fquiroga le jeudi 18 juin 2015 à 11:44

    Le made in France c'est surtout la transaction à outrance....mais qu'attendre d'autre de la part d'énarques????

  • fquiroga le jeudi 18 juin 2015 à 11:42

    Il avait - soit-disant - arrêté la politique.......Besoin d'exister??????

  • indyta le jeudi 18 juin 2015 à 11:25

    et si un professionnel ne sait pas repondre, qu il retourne sur les bancs!!on ne peut etre incapable et exiger le meilleur,quand meme!!

  • PHMAUVE le jeudi 18 juin 2015 à 11:24

    Ouioui, les langues régionales : http://www.upr.fr/conferences/reforme-territoriale-euro-regions

  • indyta le jeudi 18 juin 2015 à 11:24

    ceci ecrit,on constate quand meme une difference, a l usage ,et donc sur le prix, entre le made in france et la m*erda*sse produite ailleurs..c est pour cela que cela cogite maintenant dans la tete du consommateur;il a compris, enfin, qu on le prends pour une bille!!

  • indyta le jeudi 18 juin 2015 à 11:22

    a tirer la corde vers le bas,on atterrit en bas!lol!cela pour signifier que si l humain n est pas au centre du tout,c est la cata!ex:la marge maxi pour un un benef max au detriment du salarie, qui n est plus un consommateur,;vous rajouter a cela une education qui n est pas a la hauteur..ben voila..

  • frk987 le jeudi 18 juin 2015 à 11:15

    A propos de l'anglais, j'ai la prétention de le lire couramment, jamais je n'ai vu une langue aussi triste, aucunes nuances, une langue pour les affaires, où tout est plus simple : toi vouloir, toi pas vouloir. C'est ça l'anglais. Et saluons les canadiens francophones de s'accrocher à la francophonie dans un monde anglo saxon.