Montebourg : «La question de la recherche sur le gaz de schiste est toujours posée»

le
2
Montebourg : «La question de la recherche sur le gaz de schiste est toujours posée»
Montebourg : «La question de la recherche sur le gaz de schiste est toujours posée»

Voilà qui a dû animer le conseil des ministres du jour. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a indiqué ce mercredi qu'il était toujours favorable à la prospection du gaz de schiste. «La question de la recherche est toujours posée». Les Français aiment l'avenir, ils croient en l'innovation. Le problème du gaz de schiste, c'est qu'il est d'une pollution terrible. Si on règle ce problème, on peut rouvrir le débat».

Une position contraire à celle du ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, qui a de nombreuses fois répété qu'une exploitation du gaz de schiste était exclue car incompatible avec la réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d'hydrocarbures à l'horizon 2030. 

VIDEO. Montebourg «La question de la recherche est toujours posée» 

Par ailleurs, Arnaud Montebourg a aussi révélé vouloir  «travailler sur une compagnie nationale des mines», chargée de relancer l'activité minière en France. «La France a disparu dans le domaine minier, laissant la place à des majors internationales», a-t-il souligné sur Europe 1, assurant que «beaucoup d'Etats, y compris en Afrique et en Asie, nous demandent le retour de la France».

«Donc nous sommes en train de travailler sur une compagnie nationale des mines qui nous permettra d'exploiter nos propres ressources naturelles, respectueusement de l'environnement, respectueusement aussi de l'éthique et de la déontologie», a déclaré le ministre. La création d'une compagnie nationale des mines «nous permettra de sécuriser nos approvisionnements, de maîtriser les prix», a souligné Arnaud Montebourg, saluant «le retour de l'Etat, dans la résistance économique et dans la planification industrielle».

Le projet de nouveau code minier, lancé en octobre 2012, lui a été remis en décembre dernier ainsi qu'au ministre de l'Ecologie et de l'Energie. Il doit être normalement examiné par les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le mercredi 19 fév 2014 à 13:12

    Il est définitivement trop c.o.n, ce ministre: comment faire de la recherche sans autorisation d'exploration, j'ai bien dit exploration et non exploitation? Faut-il vraiment être très c.o.N et avoir un Q.I. de mollusque pour rentrer à l'ENA?

  • pallach le mercredi 19 fév 2014 à 12:58

    La question de sa présence au Gouvernement est toujours posée !