Montebourg juge le plan d'Alcatel excessif, Ayrault méfiant

le
3
POUR ARNAUD MONTEBOURG, LE PLAN D'ALCATEL-LUCENT EST EXCESSIF
POUR ARNAUD MONTEBOURG, LE PLAN D'ALCATEL-LUCENT EST EXCESSIF

PARIS (Reuters) - Le volet français du plan de restructuration d'Alcatel-Lucent est "excessif", a déclaré mardi Arnaud Montebourg, relayant la méfiance de Jean-Marc Ayrault vis-à-vis des promesses du patron du groupe, Michel Combes.

Ces expressions de défiance du gouvernement interviennent après que l'équipementier télécoms franco-américain a confirmé une réduction de ses effectifs mondiaux de 10.000 postes, dont environ 900 en France.

"Nous avons reçu le président d'Alcatel, nous lui avons dit que la première des choses était que le plan social qui fait payer à la France de façon excessive le tribut, la cotisation à la restructuration mondiale d'Alcatel, est excessif", a dit le ministre du Redressement productif lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Arnaud Montebourg a reconnu que l'entreprise était "menacée dans son existence" mais jugé qu'il était possible de réduire l'impact social de sa restructuration en France.

"Nous lui avons demandé de prendre les voies d'un dialogue social exemplaire avec les organisations syndicales représentatives pour réduire le plan social au mieux possible", a-t-il ajouté, appelant à un compromis "entre les intérêts de la survie de l'entreprise et les intérêts de la France".

Le Premier ministre a quant à lui prévenu Alcatel que le gouvernement ne prendrait pas "pour argent comptant" les assurances données par son directeur général, Michel Combes.

"Nous en sommes au sixième plan et on prétend que c'est le dernier, donc le gouvernement sera particulièrement attentif pour que ce qui nous est dit soit la vérité, donc nous allons procéder à des vérifications", a dit Jean-Marc Ayrault lors d'une conférence de presse à Matignon.

"Je souhaite que la stratégie soit clarifiée et que toutes les mesures qui permettront d'assurer l'avenir de ce groupe et aussi le maximum d'emplois et de sites soient également traitées", a-t-il poursuivi.

"VIGILANT ET EXIGEANT"

"Ce groupe a reçu, comme d'autres, des aides publiques très importantes et donc il a aussi des devoirs", vis-à-vis des salariés et des territoires qui accueillent les sites du groupe, a souligné Jean-Marc Ayrault, selon qui le gouvernement sera "particulièrement vigilant et exigeant".

Le ton dans l'entourage de François Hollande était plus mesuré.

"On est relativement épargnés par rapport aux autres pays", jugeait-on, ajoutant que le gouvernement était "mobilisé pour que les plans sociaux qui vont sortir de cette annonce soient les plus acceptables".

Alcatel-Lucent, dont le siège est situé en France, emploie 8.300 personnes dans le pays.

Les sites de Toulouse et de Rennes, qui ont des effectifs de respectivement 100 et 120 personnes, devraient être fermés rapidement.

Trois autres implantations du groupe à Eu (Seine-Maritime), Ormes (Loiret) et Orvault (Loire-Atlantique) ont vocation à être cédées d'ici 2015.

Julien Ponthus, Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le mardi 8 oct 2013 à 19:11

    Zorro il connait quoi ??? il a déjà créer une sté? non, gérer une sté? non, dévelloper une sté ? encore moins !!!

  • M1736621 le mardi 8 oct 2013 à 18:22

    Mettez vous en faillite et le gouvernement vous aidera au lieu, actuellemnt, de mette des exigences en avant. C'est comme ça que fonctionne le P.S.

  • M4426670 le mardi 8 oct 2013 à 18:19

    Sait il seulement de quoi il parle, le socialo? A t il jamais été en entreprise? Non? Alors qu'il se taise!!!!