Montebourg fustige «la grande constance dans l'erreur» de Hollande

le
4
Montebourg fustige «la grande constance dans l'erreur» de Hollande
Montebourg fustige «la grande constance dans l'erreur» de Hollande

Trois semaines après avoir été débarqué, Arnaud Montebourg dit tout haut ce qu'il a pensé tout bas pendant deux ans. L'ancien ministre de l'Economie, évincé par Manuel Valls après ses critiques émises contre la politique économique du gouvernement à l'occasion de la fête de la Rose à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), règle ses comptes avec François Hollande dans les Inrockuptibles.

Dans une interview croisée avec l'économiste Thomas Picketty, celui qui réclamait un changement de cap de la part du locataire de l'Elysée pour lutter contre le marasme économique fustige «la grande constance dans l'erreur» de François Hollande depuis son élection en mai 2012.

Il dénonce l'attitude du «président et le Premier ministre (qui) avaient parfois des réflexes préoccupants de refus de l'intellect, alors que le politique a le devoir d'humilité devant la connaissance scientifique et l'analyse des penseurs de l'économie.» A ses yeux, le duo à la tête de l'exécutif s'est enfermé dans une «politique d'orthodoxie extrême.»

Montebourg s'est «battu pendant deux ans» contre l'«ordolibéralisme allemand»

Et l'ancien défenseur du «made in France» d'expliquer la raison profonde de sa rupture avec le gouvernement : «La vérité est que les Français ont voté pour la gauche et qu'ils se retrouvent avec le programme de la droite allemande» qui a «contaminé toutes les institutions européennes et figé les traités», avec une «obsession des comptes publics.»

Il jure s'être «battu pendant deux ans» pour tenter d'enrayer cet «ordolibéralisme allemand». L'élu de Saône-et-Loire explique avoir « essayé d'intervenir avec moult argumentaires en m'équipant d'experts, de penseurs de l'économie. (...) A chaque fois, on arrivait avec des arguments que le président balayait d'un revers de main en disant vous trouverez toujours des économistes pour dire que...»

Amer, celui qui défend ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 10 sept 2014 à 18:39

    L'hôpital qui se fout de la charité....sont merveilleux ces socialos !!!!!

  • opelin le mercredi 10 sept 2014 à 17:40

    Enfin un politique qui admet qu'il ne sait rien et qu'il faut faire confiance aux spécialistes.

  • hbaudry1 le mercredi 10 sept 2014 à 16:14

    Il l'a pourtant bien aidé !

  • M9244933 le mercredi 10 sept 2014 à 14:01

    Du même (ca)niveau que son ancien chef.