Montebourg fragilisé sur le dossier Florange

le
2
Selon Matignon, «il n'y avait pas de repreneur crédible et ferme», pour le site. Des propos qui contredisent ceux tenus par Arnaud Montebourg. A droite comme à gauche, on s'interroge sur cette divergence.

Accueilli fraîchement par les syndicats, le compromis du gouvernement et d'ArcellorMittal sur Florange fragilise le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, chantre de la nationalisation. Quelques heures après l'annonce d'une solution, Matignon a désavoué à demi-mot son ministre. Selon Matignon, «il n'y avait pas de repreneur crédible avec une offre ferme et un plan de financement bouclé», pour le site. Ces propos contredisent ceux tenus mercredi par Arnaud Montebourg à l'Assemblée. Le ministre avait évoqué un repreneur prêt à investir 400 millions d'euros. En outre, la piste de la nationalisation transitoire, défendue par Montebourg, était «juridiquement hasardeuse et économiquement instable», justifie-t-on à Matignon. Le ministre du Redressem...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jerikae1 le dimanche 2 déc 2012 à 06:40

    un ministre ne doit pas succiter l espoir puis le desespoir

  • farouxfr le samedi 1 déc 2012 à 19:46

    Montebourg le mou...du bluff, du vent vent !