Montebourg et Duflot veulent un changement de cap

le
5
MONTEBOURG ET DUFLOT SOUHAITENT UN CHANGEMENT DE CAP POUR LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE
MONTEBOURG ET DUFLOT SOUHAITENT UN CHANGEMENT DE CAP POUR LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE

PARIS (Reuters) - L'austérité imposée par l'Europe est insoutenable et rejetée par tous les peuples, estime Arnaud Montebourg, pour qui il est "plus que temps d'ouvrir le débat sur cette politique qui mène l'Union à la débâcle".

Le ministre du Redressement productif a choisi les colonnes du Monde daté de mercredi et une interview sur les conséquences de l'affaire Cahuzac pour s'exprimer sur le sujet au moment où des voix commencent à se faire entendre au sein du Parti socialiste pour réclamer une nouvelle politique économique.

Cécile Duflot, la ministre écologiste du Logement, estime également qu'une réponse "uniquement centrée sur la baisse des dépenses publiques ne peut pas être une réponse politique durable."

"Je sais qu'il faut engager une trajectoire de désendettement. En même temps, la solution à la crise ne se trouve pas dans cette trajectoire. Le risque, c'est la spirale de la récession", dit-elle dans une interview au site d'informations Mediapart.

"La priorité doit être le combat contre la crise financière, la crise européenne et la crise d'un modèle de développement, pour laquelle nous avons des réponses", ajoute-t-elle.

Pour Arnaud Montebourg, le gouvernement a déjà fait des efforts "sans précédent" pour faire face à la "montagne himalayenne de dettes que le sarkozysme nous a léguée."

"Mais le sérieux budgétaire, s'il tue la croissance, n'est plus sérieux. Il est absurde et dangereux. Il est donc plus que temps d'ouvrir le débat sur cette politique qui conduit l'Union à la débâcle", ajoute-t-il.

SPIRALE RECESSIVE

Arnaud Montebourg conteste que la démission de Jérôme Cahuzac, le ministre qui incarnait la politique de rigueur budgétaire du gouvernement, témoigne d'une "crise de régime" en France, estimant que les mesures que François Hollande s'apprête à prendre pour moraliser la vie publique "sont de nature à rétablir la confiance".

"La vraie question est la suivante", s'empresse-t-il d'ajouter: "La politique d'austérité imposée par l'Europe est-elle soutenue par nos concitoyens? La réponse est non. Elle est rejetée par tous les peuples.

"Donc, s'il y a crise de régime c'est au niveau de l'UE, où il n'y a nul débat démocratique sur les causes et les conséquences de cette politique d'austérité qui nous entraîne collectivement dans une spirale récessive."

Interrogé sur les propos d'Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a esquivé le débat, insistant seulement, comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises, sur la nécessité de trouver un "bon équilibre" entre consolidation budgétaire et réduction des déficits d'une part, croissance économique de l'autre.

"Le président de la République refuse d'ajouter l'austérité à la récession. Nous souhaitons absolument qu'il y ait ce bon équilibre", a-t-il dit lors d'un point de presse avec son homologue américain Jack Lew.

Face à l'impopularité record du couple exécutif, l'aile gauche du PS tout comme la motion "Un monde d'avance" du ministre de l'Economie sociale Benoît Hamon, réclament aujourd'hui un débat approfondi au sein du PS ainsi qu'une refonte de la politique économique de François Hollande.

Les partisans de Benoît Hamon se sont d'ailleurs abstenus mardi, tout comme les écologistes, lors du vote sur l'accord de sécurisation de l'emploi conclu par les partenaires sociaux, conçu par François Hollande comme un modèle pour les réformes à venir, notamment des retraites.

L'aile gauche du PS compte mettre le sujet du changement de cap sur la table lors du Conseil national prévu samedi à Paris.

Ils ont adressé mardi une lettre à Harlem Désir, le Premier secrétaire du PS, pour demander que le conseil national dure plus de temps que prévu.

Yann Le Guernigou et Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9095115 le mercredi 10 avr 2013 à 00:57

    Le cap pour ces 2 la c'est la sortie.

  • dgui2 le mercredi 10 avr 2013 à 00:00

    "QUAND ON EST MINISTRE, ON FERME SA GU...LE OU ON DEMISSIONNE" disait le "Che" (Chevènement, pas l'Autre). Montebourg et Duflot ===> démission !!!

  • M6744133 le mardi 9 avr 2013 à 22:42

    Quel CAP, celui de BONNE ESPERANCE OU CELUI DU CAP bEART! CELUI DE Bonne ESpérance c'est foutu ! tu n'es pas le ministre du REFRESSEMENT productif ? alors va y, montre nous comme il faut faire pour Relancer la Croissance, la Compétitivité, l'emploi ...ce ne sont pas le Mariage Homo,GPA,PMA qui vont relancer la machine france qui est un TITANIC, un radeau de la Méduse ! Ne racontez pas des histoires !

  • M6744133 le mardi 9 avr 2013 à 22:30

    Encore ces deux trublions de malheur qui nous racontent des billevesées ? L'austérité c'est pas l'UE qui la décrète ou qui l'installe ! l'Allemagne Travaille et vend très bien ses produits industriels de toute nature, il n'y a pas que les Mercedes, Audi, BMW ... c'est la FRANCE qui est en panne, qui ne travaille pas assez, ses productions indust. très rares ne se vendent pas ! CEST A HOLLANDOUILLE QUI FAUT LE DIRE ET LE SECOUER ! A toi avecton REDRES.PRoductif !

  • janaliz le mardi 9 avr 2013 à 22:17

    Nous aussi. On préfèrerait le cap de Bonne Espérance plutôt que le cap Horn ou celui des Tempêtes, vous choisissez...

Partenaires Taux