Montebourg défie Hollande à la primaire

le , mis à jour à 07:00
0
Montebourg défie Hollande à la primaire
Montebourg défie Hollande à la primaire

Fin du vrai-faux suspense ! Arnaud Montebourg passera par la case primaire en 2017. Il l'a confirmé hier soir sur le plateau du 20 Heures de TF 1 : « J'ai décidé d'inscrire ma candidature à l'élection présidentielle de 2017 dans le cadre des primaires de la gauche », a lancé l'ancien député de Saône-et-Loire, qui avait déjà annoncé le 21 août son entrée en lice dans la course à l'Elysée.

 

Depuis, Arnaud Montebourg laissait planer le doute quant à sa participation à la consultation organisée les 22 et 29 janvier prochains par le PS et ses alliés. Pas question pour le chantre du made in France de se laisser piéger par une primaire dont l'objectif aurait été de faire le jeu de François Hollande. « Il ne veut pas y aller à l'aveugle, car nous connaissons très bien les réflexes que peut avoir cette vieille maison qu'est le PS », mettait récemment en garde un de ses proches.

 

Il a donc attendu l'issue du conseil national du Parti socialiste, qui a arrêté hier les modalités de la primaire de la gauche, pour se jeter à l'eau. Dans l'ensemble, les règles retenues lui conviennent. Certes, Montebourg plaidait pour qu'il y ait 10 000 bureaux de vote, mais les « plus de 8 000 » promis par la direction du parti feront l'affaire. Tout comme les 50 000 € d'aide financière octroyés par le PS à chaque candidat (alors que lui réclamait 100 000 €). Pas de problème pour les conditions de parrainages requis, qui, comme le demandait Montebourg, seront les mêmes qu'en 2011.

 

Convaincu de pouvoir battre le président

 

En promettant une primaire « loyale, impartiale et transparente », Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS et soutien de François Hollande, a également contribué à lever les dernières réserves de l'ancien ministre de l'Economie. Cambadélis se réjouissait d'ailleurs dès la fin de l'après-midi de la participation de Montebourg à la primaire... Lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant