Montebourg absent à Florange : «Je suis un bon soldat»

le
0
Montebourg absent à Florange : «Je suis un bon soldat»
Montebourg absent à Florange : «Je suis un bon soldat»

Son absence en avait surpris plus d'un. Pourtant le plus fervent défenseur des métallos d'ArcelorMittal au gouvernement, Arnaud Montebourg était absent jeudi à Florange, lors du déplacement de François Hollande sur le site sidérurgique dont les hauts-fourneaux ont été fermés en avril. Raison officielle : le ministre du Redressement productif était en déplacement à Bruxelles. «Je n'ai jamais raté un conseil des ministres de l'Industrie», a justifié Arnaud Montebourg sur RTL. A-t-il malgré tout été surpris, voire agacé, de ne pas avoir été invité? «Pas du tout.»

Pourtant, selon des indiscrétions parues dans la presse, le ministre aurait tancé mercredi à la sortie du Conseil des ministres le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, furieux ne pas avoir été tenu informé du déplacement présidentiel, alors qu'il avait mouillé sa chemise dans ce dossier. Il avait notamment défendu avec vigueur la nationalisation des hauts-fourneaux, avant que le Premier ministre n'écarte cette option.

Montebourg : «Je suis au combat»

Fermement opposé à Jean-Marc Ayrault sur le cas Florange, il avait même menacé de démissionner. Dix mois plus tard, son attitude est toute autre. Soucieux de ne pas attiser la polémique, Arnaud Montebourg a simplement indiqué sur RTL que «le président souhaitait y aller seul. C'était une manière pour lui d'affronter ceux qu'il semble avoir déçus».

Alors que l'unité du gouvernement est fragilisée au lendemain de la violente charge de Cécile Duflot contre Manuel Valls, après les propos du ministre de l'Intérieur sur l'intégration des Roms en France, le ministre a semblé ne pas vouloir rajouter de l'huile sur le feu. «Je suis un bon soldat , par ailleurs je ne suis même pas un déserteur. Un soldat, il est au combat, je me bats pour le Made in France.» Mais la pilule paraît malgré tout difficile à passer. Quand on lui a fait remarquer qu'il préférait taire ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant