Montebourg à l'assaut de l'Europe «libérale»

le
0
À Bruxelles, Arnaud Montebourg a tenté de convaincre l'UE de mieux protéger son industrie. «Je laisse le premier ministre Ayrault se débrouiller avec Florange», a par ailleurs déclaré le ministre sur le dossier ArcelorMittal.

De notre correspondant à Bruxelles

Pas facile de percer dans la citadelle «libérale» qu'est le QG de l'Union européenne à Bruxelles, quand on s'appelle Arnaud Montebourg. Mais pour son second voyage là-bas depuis qu'il a pris son poste dans le gouvernement Ayrault, le bouillant ministre du Redressement productif assure avoir réussi «à inverser les priorités» et à imposer son volontarisme industriel à l'échelon européen.

Côté plus, la barre désormais fixé à 20% pour la part de l'industrie dans le PIB de l'UE en 2020. L'UE croule déjà sous les objectifs chiffrés mais d'un réalisme variable pour la fin de la décennie. Sur celui-là pourtant, le ministre du Redressement dit avoir obtenu le soutien de Berlin, de Rome et de...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant