Monte Paschi s'en tient pour l'instant à son projet initial

le
0
 (Actualisé avec précisions et contexte) 
    MILAN, 18 octobre (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di 
Siena  BMPS.MI  a réaffirmé mardi son intention de mettre en 
oeuvre le plan de renflouement élaboré avec JPMorgan pour 
renforcer son bilan et réduire ses créances douteuses, un projet 
qui prévoit une augmentation de capital de cinq milliards 
d'euros et la cession de 28 milliards d'euros de créances 
douteuses. 
    La banque toscane n'a toutefois pas complètement fermé la 
porte au plan concurrent présenté la semaine dernière par 
l'ex-dirigeant de banque et ancien ministre de l'Industrie 
Corrado Passera. 
    Elle avait décliné les offres de service de ce dernier fin 
juillet, préférant s'en tenir au plan élaboré par JPMorgan, qui 
a obtenu un feu vert provisoire de la Banque centrale européenne 
(BCE), l'autorité de tutelle du secteur dans la zone euro.  
    Depuis, toutefois, le projet de JPMorgan a calé en raison du 
manque d'intérêt des investisseurs pour une augmentation de 
capital et Passera est revenu à la charge avec un plan qui, 
selon plusieurs personnes proches du dossier, a le soutien de 
principe de plusieurs groupes de capital-investissement, dont 
Warburg Pincus. 
    Le conseil d'administration de Monte Paschi réuni mardi pour 
étudier le projet de Passera a duré huit heures, signe que 
l'ex-ministre semble avoir été pris plus au sérieux qu'il y a 
trois mois. 
    Corrado Passera a par ailleurs été entendu par la Consob, le 
gendarme des marchés italiens. 
    Le projet Passera prévoit une augmentation de capital de 2,5 
milliards d'euros réservée à des fonds de capital-investissement 
et une autre d'un milliard destinée aux actionnaires actuels de 
Monte Paschi.  
    "Ça pourrait être un projet fantastique si tout se passe 
comme cela doit se passer", a dit Passera avant son audition par 
la Consob. 
     
    JPMORGAN POURRAIT MODIFIER SON PROJET 
    A la Bourse de Milan, l'action Monte Paschi a gagné près de 
13% mardi, dopée par l'espoir d'un retour en grâce du projet 
Passera, qui limiterait la dilution des actionnaires actuels. 
    Dans un communiqué publié à l'issue du conseil 
d'administration, Monte Paschi a réaffirmé sa "ferme" intention 
de poursuivre la mise en oeuvre du plan de JPMorgan et de 
présenter au marché dès le 24 octobre un plan stratégique et un 
projet de renforcement du bilan.  
    Le communiqué ajoute cependant que le conseil 
d'administration procèdera ensuite à une étude approfondie du 
projet Passera, étude déjà entamée par ses conseils.  
    JPMorgan étudie désormais une modification de son projet qui 
impliquerait de lever jusqu'à deux milliards d'euros via un 
échange "dette contre actions" lancé en novembre, selon 
plusieurs personnes proches du dossier. 
    La banque ne lancerait qu'ensuite une augmentation de 
capital proprement dite, à hauteur de trois milliards, en 
attendant pour ce faire le 5 décembre, lendemain du référendum 
constitutionnel italien qui pourrait conduire, en cas de 
victoire du "non", au départ du président du Conseil, Matteo 
Renzi.  
    Plusieurs sources ont déclaré que JPMorgan n'avait pour 
l'instant pas trouvé d'investisseur de référence prêt à 
s'engager sur l'augmentation de capital.  
    Les détracteurs du projet Passera, eux, soulignent qu'il 
n'est pas contraignant, qu'il ne cite le nom d'aucun fonds 
d'investissement prêt à investir et qu'il est conditionné à un 
examen approfondi des comptes. 
    Certains observateurs n'excluent pas une solution de 
compromis entre les deux parties, une issue que d'autres jugent 
improbable en raison, notamment, des rivalités personnelles et 
des contraintes de calendrier.  
     
 
 (Andrea Mandala et Stephen Jewkes; Marc Angrand pour le service 
français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant