Montant des allocations chômage : les syndicats opposés à une réforme

le
3
Montant des allocations chômage : les syndicats opposés à une réforme
Montant des allocations chômage : les syndicats opposés à une réforme

La petite phrase de Jean-Marie Le Guen fait encore des remous ce mercredi. La veille, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement avait affirmé que la question du montant des allocations chômage pendant la période d'indemnisation ferait partie du débat lors de la renégociation de la convention assurance-chômage. Soit en 2016, lorsque l'accord âprement négocié en mars ne sera plus en vigueur. Une personne sans emploi pourrait alors être de moins en moins aidée au fil de sa période de chômage. Une éventualité qui n'est «pas à l'ordre du jour», tente de rassurer ce mercredi le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Trop tard, la CGT parle déjà d'une «provocation» du gouvernement.

Fin de non-recevoir des syndicats

Pour les syndicats, il est «hors de question» de remettre en cause la convention en vigueur. «Les droits des chômeurs ne seront pas remis en cause dans les mois et les années à venir, car le chômage augmente», tranche notamment Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT souligne d'ailleurs que les syndicats n'ont été «nullement consultés sur ce sujet par le gouvernement». Et d'insister : «Il est hors de question de rouvrir les négociations. (...) Je ne sais pas si ce sont des annonces ou des ballons d'essai mais la réponse de la CFDT est là, c'est non!»

Le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon, estime lui qu'il s'agit «d'une de ces provocations qui ont lieu de la part du gouvernement et du patronat à l'encontre du monde du travail». Selon lui, il s'agit de faire «des privés d'emploi les coupables de la situation alors qu'ils en sont les victimes». La «responsabilité du gouvernement n'est pas de stigmatiser la population» mais «de trouver des solutions pérennes».

Le numéro un de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, s'offusque sur Sud Radio que le Premier ministre, Manuel Valls, eût laissé entendre depuis Londres qu'il jugeait des évolutions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jayce003 le mercredi 8 oct 2014 à 21:49

    Ok. Mais si on baisse les allocations ont baisse les cotisations !

  • M8252219 le mercredi 8 oct 2014 à 16:11

    il est anormal que les chômeurs n'est pas d'autres obligations que de pointer.Une formation devrait être obligatoire À TOUTE PERSONNE pour percevoir allocation chômage et RSA.

  • ceriz le mercredi 8 oct 2014 à 13:40

    il faut baisser les allocations chômage! et toutes les allocations sociales! plus d'argent! ainsi que le salaire des politiques!