Montanier furieux contre les médias

le
0
Montanier furieux contre les médias
Montanier furieux contre les médias

Ça chauffe entre Philippe Montanier et les médias ! Ce vendredi, l'entraîneur du Stade Rennais a tenu à mettre les choses au clair en conférence de presse. Pour lui, tout va bien au sein du club breton. « Je suis surpris par le traitement des médias, s'est-il plaint. Ce que je lis ne correspond pas à la réalité. On parle d'une mauvaise ambiance mais je trouve que c'est le contraire. Au quotidien, je vois des salariés investis et attachés à leur club. Ils nous aident beaucoup. » La presse faisait notamment état de relations plutôt tendues avec Jean-Luc Buisine, le responsable de la cellule de recrutement. Rumeurs que l'ancien entraîneur de la Real Sociedad a tenu à démentir. « J'ai également lu que j'étais en conflit avec Jean-Luc Buisine. C'est complètement faux, a-t-il certifié. J'apprécie l'homme et le professionnel. En plus, Jean-Luc est normand comme moi et on n'est pas nombreux au club ! »

Au secours de la famille Pinault

Mais la mise au point ne s'arrête pas là. En bon chef de meute, le coach de Rennes prend bien soin de monter au créneau pour défendre l'actionnaire principal : la famille Pinault. « Concernant les propos tenus sur l'actionnaire, je les trouve injustes, a-t-il expliqué. Dans l'histoire du club, il a eu un avant et un après Monsieur Pinault. La famille Pinault a beaucoup investi ces dernières années. On peut encore l'observer durant ce Mercato. On démarre un nouveau cycle, on est dans une période de transition, qui est plus difficile que prévu, mais on va l'assumer. Je le redis une nouvelle fois : ce que j'ai lu ne correspond pas à la réalité. Ce n'est que mon opinion, qui ne vaut pas plus qu'une autre. Mais elle ne vaut pas moins non plus. »

Les critiques acerbes d'Antonetti

Elle se pose en tout cas en totale opposition avec celle de son prédécesseur. Frédéric Antonetti a en effet livré une sortie médiatique piquante lors d'un entretien accordé à France Football. « On me parle d'un club familial mais on ne doit pas avoir la même notion de la famille, avait-il confié. De tous les clubs par lesquels je suis passé, c'est le seul avec lequel je n'ai aujourd'hui aucun lien alors que je viens d'y passer quatre ans. Ce n'est pas de la frustration que j'éprouve, c'est une forme de souffrance. Pour moi, Rennes, c'est du Canada Dry : ça a la couleur d'un grand club mais ça ne l'est pas. Ça manque d'humanité. Que penser quand vous apprenez que, vingt minutes après la défaite en finale de la Coupe de la Ligue (0-1 contre Saint-Etienne), quand la tristesse prédomine, l'actionnaire a téléphoné au manager pour lui dire qu'il changerait d'entraîneur ? Vingt minutes après ! » Montanier est prévenu. Les bons sentiments ne sont pas forcément le fort de la famille Pinault.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant