Monsieur le président, écoutez les Français

le
47
Monsieur le président, écoutez les Français
Monsieur le président, écoutez les Français

Monsieur le président, quinze Français vous écrivent une lettre. Quinze citoyens qui expriment leur ras-le-bol, leur colère, leurs frustrations, leur déception? mais aussi leurs attentes, et surtout leur espoir d'être vraiment entendus. Ces Français, à qui notre journal donne la parole aujourd'hui, sont à l'image d'une très large part de leurs compatriotes, d'un pays englué dans la crise économique? et désormais au bord de la crise de nerfs. Pour preuve, le choc du désastreux 11 Novembre, avec un François Hollande conspué alors même qu'il rendait l'hommage de la nation, en principe rassemblée, aux morts pour la France. C'est que l'exaspération fuse de toutes parts : chaque revendication, chaque contestation ajoute au psychodrame. Le rejet des rythmes scolaires, la fronde contre l'écotaxe, le ras-le-bol fiscal, tout fait étincelle et finit par exploser comme en Bretagne, où une manifestation est prévue le 23 novembre à l'appel de sept syndicats.

Bref, voilà François Hollande, élu il y a un an et demi pour apaiser, aujourd'hui confronté à une crise politique d'autant plus grave qu'elle se déroule sur fond de violence et de retour du racisme. Dans un pays aussi centralisé que le nôtre, où l'Etat occupe une place prépondérante dans la vie économique et sociale et se mêle souvent ? en tout cas plus que chez nos voisins ? de la vie tout court, rien d'étonnant à ce que ces colères tous azimuts, pas toujours rationnelles, convergent vers l'Elysée.

Mais là réside justement une part du problème : la mondialisation réduit comme peau de chagrin la marge d'action de l'exécutif. Et ses réponses aux attentes des citoyens sont forcément décevantes. Or, les quinze Français qui adressent ici leurs doléances au chef de l'Etat ne sauraient se contenter de demi-réponses. En matière d'emploi, de pouvoir d'achat, de sécurité, parfois simplement de considération, ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • quibe le mardi 26 nov 2013 à 19:54

    Au fait, combien d'emplois aurait crée François Hollandouille dans toute sa carrière ... entre l'ÉNA et l'Élysée ? Pareil pour Jean-Marc Blaireau !!! Combien de fois ont-ils rempli une fiche de paye ? payer les charges sociales ? Donner des leçons aux entrepreneurs, ça n'est pas être entrepreneur ... pour ça, il faut avoir des kouilles !!!

  • 7LM le mardi 19 nov 2013 à 14:55

    Je vous ai compris lol !!!

  • pichou59 le mardi 19 nov 2013 à 10:03

    mou 1er & zhérault détournent encore l'attention des Français sur la réalité des problèmes, chômage, délinquance - retraités, chomeurs ; travailleurs qui n'arrivent plus à terminer leur fin de mois.... - travailleurs sans logement qui couchent dans leur véhicule ou toile de tente..... - et puis il y a tous les PROFITEURS......... c'est la réalité monsieur mou 1et & monsieur zhérault!!!!

  • Urfee le lundi 18 nov 2013 à 10:36

    Pendant qu'il était en Israël, il l'on remplacé à l'Élysée par SERGE LE LAMA . . . et tout s'est bien passé !

  • ltondu le samedi 16 nov 2013 à 09:57

    Incompétent et sourd, il faudra le virer !

  • titide le vendredi 15 nov 2013 à 09:25

    Pauvres français ;ils se bousculent pour aller au ski !!!surtout les parisiens !!

  • titide le vendredi 15 nov 2013 à 09:24

    à payer les fonctionnaires beaucoup trop nombreux !!

  • 11246605 le vendredi 15 nov 2013 à 09:22

    Mais où sont passés les 75 milliards (d'impôt) en plus que les français ont payé depuis 2 ans ?

  • cata95 le vendredi 15 nov 2013 à 09:00

    Comment cela se traduit il pour moi ? Ben tout simple, une biasse du niveau de vie et des dépenses.Alors moi je vous le dit, FH est le champion du monde de la baisse des dépenses…. Pour le secteur privé, pour ceux qui bossent, brefs pour ceux qui le nourrissent (il a prix 15 kg ce c…)!

  • cata95 le vendredi 15 nov 2013 à 09:00

    Tout ce que je vois ces des hausses que ce soit la hausse de l’IR, la taxe foncière, la taxe d’habitation, taxes sur l’epargne, des cotisations sociales, CSG, CRDS, prélèvements…Mes revenus par contre eux stagnent (je ne peux décreter unilateralement que demain je preleverai plus a mon employeur déjà en mauvais etat…).