Monoprix teste le concept de boutique éphémère

le
0

L'enseigne ouvrira le mois prochain son tout premier «pop-up store» pour présenter sa collection dédiée à la maison et imaginée par l'artiste Marion Lesage.

Monoprix sort à nouveau de ses murs. Pour présenter sa nouvelle collection dédiée à la maison et imaginée par l'artiste Marion Lesage avec qui elle avait déjà collaboré en 2011, l'enseigne a décidé de lancer sa toute première boutique éphémère. Ce «pop-up store», situé au 23 rue du roi de Sicile dans le 4e arrondissement de Paris, ouvrira ses portes du 3 au 12 avril au c½ur du Marais. Une soixantaine d'articles, dans les tons de blanc, rouge et noir, seront exposés et également proposés à la vente.

Ce n'est pas la première fois que Monoprix se délocalise pour mettre en avant une collection. L'an dernier, l'enseigne avait investi la galerie haute du Palais de Tokyo dans le cadre d'une collaboration avec le créateur José Levy qui avait signé la ligne mode, déco, beauté et chocolats des fêtes de fin d'année. Le magasin Colette, dans le 1er arrondissement de Paris, avait accueilli en avant-première les cinq petites robes noires de couturiers commercialisées par Monoprix en 2013. L'année précédente, enfin, la collection maison dessinée pour Noël par la designer italienne Paola Navone avait été dévoilée chez le spécialiste du design Merci.

«En optant pour une boutique éphémère cette année, nous souhaitions explorer de nouveaux territoires et renouveler l'expérience que nous offrons à nos clients», explique-t-on au siège de Monoprix. Cette boutique, dont la scénographie a été confiée à l'experte en décoration Elizabeth Leriche, accueillera ainsi diverses animations (cours d'initiation à des techniques de poterie, dégustation de thé et café, vente de tarte à la part, etc) ainsi qu'une exposition de tableaux de Marion Lesage. «C'est aussi un bon moyen de créer notre boutique idéale.»

La carte de «l'hyper-proximité»

La collection Marion Lesage sera ensuite disponible sur Monoprix.fr à partir du 6 avril et en magasin à partir du 8 avril. «L'enjeu pour Monoprix est de rappeler aux consommateurs que nous sommes une enseigne de distribution, mais également une marque», souligne la porte-parole. Sur ce plan, l'enseigne ne manque pas d'imagination pour marquer les esprits de ses clients. L'enseigne a ainsi lancé Monop'Lab, le point de vente dont l'offre évolue en fonction des attentes des clients, à Montparnasse en décembre. Après ses emballages aux messages rédigés percutants, elle a testé l'été dernier le «bip» du code barre qui fait «meuh», «miaou» ou «cot-cot». Et pour être sûre de suivre les Français partout, la marque a réussi à s'incruster à bord des trains TGV et Intercités de la SNCF!

Les boutiques éphémères, aussi, permettent aux marques comme Monoprix de «jouer la carte de l'hyper-proximité» avec leurs clients. Pour Mohamed Haouache, cofondateur de PopUp Immo, une startup qui propose la location éphémère d'espaces commerciaux, «ces adresses de courte durée sont des lieux de rencontre modernes qui permettent à des marques, commerçants, jeunes entrepreneurs ou créateurs de s'adapter aux nouvelles habitudes de consommation». Selon lui, «les consommateurs se lassent aujourd'hui des espaces figés ou univers de marques qui n'évoluent pas assez vite». La boutique éphémère permet «justement de louer des espaces atypiques, uniques et confidentiels». Le tout, à moindre coût. «Avec la crise, certains commerces ne peuvent plus s'engager sur un bail long de 3, 6 ou 9 ans, et ont besoin d'une solution plus flexible. Le 'pop-up store' est aussi une alternative efficace et moins chère aux campagnes de communication classiques.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant