Monoprix prêt à accepter les Bitcoins comme mode de paiement

le
2
Monoprix prêt à accepter les Bitcoins comme mode de paiement
Monoprix prêt à accepter les Bitcoins comme mode de paiement

Monoprix les plus bas prix... en bitcoins ? La question se posera peut-être dès la fin de l'année. Le directeur du e-commerce de Monoprix (groupe Casino) a annoncé ce mercredi que l'enseigne de grande distribution française serait prête à accepter les paiements en «bitcoins» d'ici la fin de l'année. Le «bitcoin», monnaie virtuelle contre laquelle plusieurs gouvernements ont émis des mises en garde, n'est pour l'instant utilisée en France que par quelques sites internet.

En revanche elle connaît un succès croissant dans les pays anglo-saxons et est même l'objet de spéculations. Monoprix pourrait donc devenir la première grande enseigne à l'adopter dans l'Hexagone. Son cours se situe actuelle à 330 euros pour un Bitcoin.

«Chez Monoprix, nous sommes plusieurs à y croire. Les bitcoins ne sont pas un feu de paille (...) nous devons nous y mettre, c'est dans notre ADN» de défricheur, a déclaré Patrick Oualid, directeur e-commerce chez Monoprix, dans une interview au Journal du Net.

Le responsable indique que l'enseigne pourrait accepter les paiements dans cette monnaie virtuelle «peut-être dès la fin 2014».

«L'idée n'est pas de figurer absolument parmi les premiers qui s'y lanceront, mais de réfléchir à ce qu'ils peuvent changer dans la vie de nos clients. Ceci même s'il est bien trop tôt pour en espérer un chiffre d'affaires significatif.» tempère le directeur. 

VIDEO. Le Bitcoin, qu'est ce que c'est ?

«Techniquement, cela ne me parait pas très difficile à intégrer. De cette manière, si l'éclosion se produit en 2015, nous serons prêts», ajoute Patrick Oualid.

Concernant la mise en place, «la priorité serait le site, mais nous abordons toujours simultanément les canaux web et mobile. Donc par extension, les magasins seraient sans doute concernés aussi», précise-t-il.

«Le bitcoin» fait effectivement l'objet d'une défiance monumentale», notamment en France. «On n'a pas encore bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 9 avr 2014 à 16:08

    Effet marketing qui va tomber à l'eau, plouf.

  • AKicker le mercredi 9 avr 2014 à 16:07

    Excellent !