Monopole bancaire : Macron battu à l'Assemblée

le
1
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron défendant sa loi à l'Assemblée.
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron défendant sa loi à l'Assemblée.

Quand Jean-Christophe Fromantin (UDI) évoque les difficultés de trésorerie des entreprises face à un monde bancaire frileux, il sait de quoi il parle. Le député-maire de Neuilly-sur-Seine est un entrepreneur, et c'est à ce titre qu'il a réussi, contre toute attente, à faire adopter un amendement à la loi Macron qui permettra aux entreprises riches de prêter aux PME en mal de trésorerie. "Nous avons en France des entreprises qui déposent le bilan non pas faute de commandes, mais par défaut de trésorerie", insiste le député-maire UDI, qui rappelle que 65 000 entreprises ont mis la clé sous la porte en 2013. Les banques prêtent peu en matière de trésorerie, car ce financement à court terme rapporte peu et n'est pas valorisant.L'amendement Fromantin ouvre une nouvelle brèche dans le monopole bancaire. "Deux entreprises en relation commerciale pourront s'accorder des facilités de trésorerie dans un acte sous seing privé, donc de gré à gré", précise le député qui a reçu, en l'occurrence, le soutien du rapporteur général de la loi Macron, Richard Ferrand. Ce crédit interentreprise renforce le lien entre les donneurs d'ordre et les sous-traitants, et donc "renforce les filières industrielles du pays comme l'aéronautique, le ferroviaire ou l'agroalimentaire", plaide l'auteur de l'amendement.Macron plus favorable au crowdfundingLe ministre de l'Économie Emmanuel Macron s'est retrouvé isolé. Il n'était pas favorable à cet amendement au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 10 fév 2015 à 18:08

    Il aurait aussi pu ajouter que la majorité des faillites des PME sont liées au paiement de l'Etat avec 18 mois de retard. Signer un contrat avec l'Etat, si l'on n'est pas une multinationale, c'est la faillite assurée............demandez aux gérants de SARL...ils connaissent le problème...enfin ceux qui ont survécus !!!!