Monnaie virtuelle: démantèlement en France d'un trafic de bitcoin

le
0
Monnaie virtuelle: démantèlement en France d'un trafic de bitcoin
Monnaie virtuelle: démantèlement en France d'un trafic de bitcoin

Les gendarmes ont mis fin la semaine dernière dans le sud de la France à un trafic présumé de bitcoins, une première en Europe pour cette monnaie virtuelle dont la réputation sulfureuse suscite une vive inquiétude au sein des autorités financières.Comme toute monnaie virtuelle, ont souligné les enquêteurs lundi, à Foix, les bitcoins présentent "un risque élevé de dérives criminelles" compte tenu de "l'opacité" qui entoure leur fonctionnement et de "l'absence complète de régulation par les les acteurs du marché monétaire".Les gendarmes de la section de recherches de Midi-Pyrénées ont frappé les 2 et 3 juillet, interpellant trois personnes et procédant à des perquisitions à Cannes, Nice, Toulouse et Bruxelles, où l'un des suspects possède une maison. Il agissaient sur commission rogatoire d'une juge d?instruction de Foix, Catherine Ostengo, chargée depuis avril d'une enquête pour "exercice illégal d'opérations de banque" notamment.Leur coup de filet a permis de mettre un terme à l'activité d'une plate-forme internet "illicite" d'échange de bitcoins, ont-ils expliqué lors d'une conférence de presse à Foix. - Poursuites pour blanchiment - L'animateur du site, un Tunisien de 27 ans déjà condamné pour escroquerie en bande organisée, est poursuivi pour "travail dissimulé, exercice illégal de la profession de banquier, blanchiment à titre habituel et offre illégale de jeux en ligne".Son complice présumé, un Français de 36 ans présenté comme le "fournisseur" des bitcoins, est mis en examen pour "exercice illégal de la profession de banquier" notamment. La compagne de l'animateur du site, également interpellée, n'a pas été poursuivie.L'enquête a permis de déterminer que le site utilisé pour les échanges "ne bénéficiait d'aucun agrément de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), organe de supervision ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant