Mondiaux de natation. Gilot et Stravius au rendez-vous des demies du 100m NL

le
0
Mondiaux de natation. Gilot et Stravius au rendez-vous des demies du 100m NL
Mondiaux de natation. Gilot et Stravius au rendez-vous des demies du 100m NL

Jérémy Stravius et Fabien Gilot n'ont pas eu peur de l'odeur du cent. Les deux Tricolores ont parfaitement négocié les séries du 100m NL et assuré leur ligne en demi-finale mercredi après-midi. «C'est ce qu'il fallait faire ce matin, ça pique un peu après deux jours (NDLR: depuis l'or du relais 4x100m NL dimanche soir), explique Gilot, 10e temps matinal en 48''73. Je m'attendais à ce que la douleur soit là avec un temps moyen, c'est exactement le cas. Je suis content, je suis bien. Par contre cet après-midi il va falloir monter d'un cran, prendre un des billets et être le plus possible au centre pour la finale.» Dans sa série n°10, le Nordiste du CN Marseille a pu «jouer» un peu avec le Russe Morozov, idole des foules locales. «Il y a un petit jeu qui continue c'est bien, sourit-il. Sur le premier 50m on se regarde. On n'est pas dans notre course. Tu ne veux pas te faire mal, juste te réveiller, tu en gardes un peu sous le pied. Mais vu ce que je viens de voir, il n'y a pas grand-monde qui va pouvoir se cacher en demies. Personne ne pourra se permettre de calculer.»

Après sa déconvenue sur 100m dos (sorti dès les demi-finales), Stravius s'est bien remis à l'endroit (5e temps en 48''52). J'ai évacué et je ne cherche pas forcément à comprendre ce qui s'est passé, explique le champion de France du 100m NL. Je ne suis pas bien en dos, je suis bien en crawl. J'ai mes jambes et j'avais encore du jus sur les derniers mètres. Ca devrait laisser présager de belles choses pour une finale...» Au milieu des gros bras du sprint, le discret Amiénois se sent en tout cas comme un poisson dans l'eau. «Au vu du classement je me situe bien et dans ma tête j'ai l'impression d'avoir ma place, lance-t-il. C'est déjà une marque de confiance pour aborder les étapes. En demi-finale, ça va «partir», c'est trop dense pour que ça relâche. Personne ne veut se louper et lâcher l'affaire.»

En dedans sur les trois premiers jours, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant