Mondiaux de natation. Fabien Gilot : «On nageait contre 20.000 personnes»

le , mis à jour à 20:25
0
Mondiaux de natation. Fabien Gilot : «On nageait contre 20.000 personnes»
Mondiaux de natation. Fabien Gilot : «On nageait contre 20.000 personnes»

Au terme d'une course royale, les Bleus (Metella, Manaudou, Gilot et Stravius) ont conservé leur titre de champions du monde du 4x100m nage libre. Pour Fabien Gilot, 31 ans, 3e relayeur, c'est la 12e médaille internationale dans l'épreuve ! Le Nordiste du CN Marseille, âme du relais tricolore, ne se lasse pas du métal doré...

Vous avez failli anticiper votre départ (NDLR: temps de réaction de 0'00 sur sa prise de relais)...

Fabien Gilot : Il n'est pas anticipé (sourire). Il est pile comme je fais d'habitude. Mais Florent (NDLR: Manaudou) finit debout et c'est là qu'on joue un peu avec le feu. Ce soir, il y avait un contexte particulier où on ne nageait pas contre les Russes (NDLR: 2e) mais contre 20 000 personnes.

Il fallait être audacieux...Vous aviez peur ?

J'ai toujours cette boule au ventre, même si ça fait douze ans que je suis là. Sinon, j'aurais arrêté. On sait ce qu'on est capables de transformer entre le relais du matin et celui de l'après-midi. Je n'étais pas très content de mes 48'1 en séries. Et en finale, je suis étonné de mes 47'00. Je ne m'attendais pas à nager si vite.

Quels mots avez-vous su trouver pour toucher vos partenaires ?

J'avais deux ou trois idées. Il s'est passé ce que j'avais imaginé. J'avais prévu le bruit pour Mehdy (NDLR: Metella) au départ, je savais comment ça allait se passer. Florent était surmotivé, il n'y a pas eu grand-chose à faire. J'avais prévenu Jéjé (NDLR: Stravius) que les postes 3 et 4 seraient les plus importants. Le Russe Morozov était en 3 et je savais qu'il voudrait faire le trou. Après, Jéjé est sans doute aujourd'hui l'homme le plus rapide au monde sur le dernier cent d'un 4x100m.

Vous aimez vraiment cette ambiance...

C'est la rivalité qui me plaît. Phelps aux JO, Morozov ici... Je défends mes couleurs avec excitation. Peut-être qu'on explose moins qu'en 2013 à Barcelone mais c'est toujours aussi compliqué. On savoure et avec l'expérience on essaie de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant