Mondial: les Bleus aux deux visages battent la Finlande

le
0
LA FRANCE DOMINE LA FINLANDE
LA FRANCE DOMINE LA FINLANDE

par Gregory Blachier

SAINT-DENIS, Seine-Saint-Denis (Reuters) - L'équipe de France a signé mardi face à la Finlande sa troisième victoire d'affilée (3-0) en affichant deux visages dont l'un donne espoir et l'autre inquiète encore avant les barrages de la Coupe du monde 2014 qu'elle disputera le mois prochain.

Les Bleus finissent deuxièmes derrière l'Espagne, victorieuse de la Géorgie (2-0), et ne seront pas têtes de série au tirage des barrages, lundi. Ils seront donc opposés au Portugal, à la Croatie, à la Grèce ou à l'Ukraine.

Au Stade de France, ils ont alterné le très bon sur les premier et dernier quarts d'heure, et le moyen voire l'insipide entre-temps. Ils l'ont emporté sur des buts de Franck Ribéry (8e), Joona Toivoi contre son camp (76e) et Karim Benzema (87e).

"C'est ce qu'on recherchait, pouvoir marquer encore trois buts même si on aurait pu en marquer encore plus", a dit le sélectionneur Didier Deschamps en conférence de presse.

"On était sur la même ligne de conduite que vendredi dans le jeu, la mobilité, la vitesse. On a fait beaucoup de bonnes choses avec de bonnes situations, une bonne maitrise."

Comme vendredi contre l'Australie (6-0), ils sont bien entrés dans le match, prenant position très haut sur le terrain à l'image des deux latéraux, Patrice Evra et Mathieu Debuchy.

Et comme au Parc des Princes, ils ont ouvert rapidement le score lorsque Mathieu Valbuena a récupéré le ballon après une mauvaise relance de Petri Pasanen, a donné à Ribéry qui a repiqué dans l'axe et expédié le ballon dans la lucarne.

Quatre minutes plus tard, une longue séquence de possession sur le côté gauche a abouti à une tête de Debuchy au-dessus, sans danger pour le gardien Niki Mäenpaa, mais apportant une nouvelle preuve de la volonté d'occuper le camp adverse.

Mais ces Bleus se sont progressivement éteints et ont perdu la spontanéité qui avait fait leur force vendredi, replongeant dans l'attentisme qui a souvent causé leur perte.

Samir Nasri n'a que trop rarement occupé son côté droit, jouant le plus souvent en troisième milieu de terrain, les Bleus ont commencé à multiplier les touches de balle aux abords de la surface et les Finlandais se sont enhardis.

Il a fallu un bel arrêt d'Hugo Lloris pour sortir une frappe de Kasper Hämäläinen, lancé dans la profondeur et qui avait pris la charnière centrale de vitesse (19e), puis un retour prompt d'Evra pour ôter le ballon des pieds de Roman Eremenko (20e).

BENZEMA, ENCORE

Si la France a conservé la maîtrise du ballon, parfois trop, elle a peu inquiété le gardien finlandais ensuite, faute de mettre assez d'intensité et faute de présence devant le but.

Une reprise à bout portant de Giroud (41e) et un centre de Nasri dévié sur le poteau ont conclu une première période finalement assez terne, bien loin de ce qui avait été proposé contre une équipe certes moins solide quatre jours avant.

Dès la reprise, la Finlande a eu une nouvelle occasion de revenir par Teemu Pukki, trouvé dans la surface pour finalement écraser sa frappe. Debuchy, très présent et libre d'occuper un couloir droit déserté, a répondu d'une volée détournée.

Après la rencontre, Didier Deschamps a souligné que son équipe devrait garder "plus de sécurité" dans ces phases-là.

Nasri est sorti au coeur d'une deuxième période sans trop d'intérêt, remplacé par Loïc Rémy en même temps que Yohan Cabaye entrait à la place de Blaise Matuidi.

Leur arrivée a redonné du tonus aux Bleus, notamment celle de Rémy à la fois capable de vraiment occuper son aile et d'aller faire le nombre aux côtés d'un Giroud un peu esseulé.

Ce second souffle a remis un peu de pression sur le but finlandais et fini par donner un deuxième but d'avance aux Bleus grâce à Mathieu Debuchy, dont le centre repris de la tête par Giroud a été prolongé dans le but par Joona Toivoi.

A peine trente secondes plus tard, a nouveau servi dans sa course, Debuchy a donné une nouvelle balle de but à Loïc Rémy dont la tête s'est écrasée sur le poteau.

En quelques minutes, ces deux-là venaient de rappeler qu'une alternative était possible au penchant pour le côté gauche lié à la présence de Ribéry, ce que Rémy n'avait pas réussi à faire vendredi en étant le moins bon des Bleus.

Dans une fin de match plus enthousiasmante, Cabaye a raté le 3-0 sur un centre d'Evra mais Benzema, qui avait mis fin contre l'Australie à 15 matches sans but, a récidivé juste après avoir remplacé Giroud d'une belle reprise sur un centre de Ribéry.

Dans un mois, les Bleus auront intérêt à jouer les barrages comme ils ont entamé et fini le match. C'est à ce prix-là qu'ils verront le Brésil.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant