Mondial: les Bleus assurent avoir envie d'agir

le
0
LES BLEUS ASSURENT AVOIR ENVIE D'AGIR
LES BLEUS ASSURENT AVOIR ENVIE D'AGIR

par Clemence Apetogbor

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Les joueurs de l'équipe de France ont déjà fait une croix sur leur défaite 2-0 vendredi en Ukraine et ne veulent penser qu'au match retour, mardi, au point selon Olivier Giroud d'être prêts à "mourir sur le terrain".

L'attaquant d'Arsenal a dit avoir eu besoin de temps pour encaisser le revers en match aller des barrages pour la Coupe du monde. Mais avoir désormais pour seule envie de se racheter par les actes, plutôt qu'en paroles.

"J'ai eu beaucoup de mal à vivre l'après-match", a reconnu le Gunner devant la presse dimanche à Clairefontaine.

"J'ai mesuré la chance qu'on a de défendre nos couleurs. J'ai envie d'agir sur le terrain, ça me démange. J'en ai marre de parler", a-t-il lancé.

Battue par plus motivée qu'elle à Kiev, l'équipe de France a été incapable de répondre au défi physique et à l'engagement imposés par l'Ukraine.

"Après le match aller, on ne mérite pas d'aller à la Coupe du monde", a concédé Giroud. "Mais j'espère que mardi soir on méritera d'y aller. Et on méritera d'y aller."

Pour faire partie des 32 participants à ce Mondial, les Bleus devront remonter un déficit de deux buts après le match aller, ce qu'aucune équipe européenne n'a réussi à faire jusqu'à lors dans un barrage.

"On sait qu'on a la chance de pouvoir faire quelque chose d'extraordinaire", a dit Giroud, qui veut "marquer l'histoire".

"J'ai grand espoir, j'ai beaucoup de rage en moi, qui va se transformer en énergie positive pour leur rentrer dedans, sans oublier de jouer (...) Il faut ajouter beaucoup d'envie, de détermination parce que je n'arrive pas à imaginer la France ne pas y participer."

Comme lui, Mamadou Sakho a botté en touche lorsqu'il a été interrogé sur le match de Kiev, qu'il a suivi depuis le banc.

"Le match de vendredi est derrière nous, on ne peut pas revenir en arrière. On a tiré les conclusions de cette rencontre, on ne va pas en parler pendant cent ans", a-t-il tranché.

"L'objectif de tout le monde, c'est le Brésil. Il reste 90 minutes à jouer. On sait qu'on a une équipe de qualité mais il faut le démontrer."

Le défenseur central, qui pourrait remplacer Laurent Koscielny, suspendu, sait que ce match est aussi une occasion de reconquérir une partie du public français.

"Il faut tout donner pour renverser la tendance. Ce qui est beau en football, c'est ce genre de situation, même s'il aurait fallu l'éviter avant. Mais elle est telle qu'elle est", a-t-il dit.

"Peu importe quel sera le onze de départ, il faudra avoir le couteau entre les dents et avoir conscience de la situation. Il n'y a pas d'autres solutions."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant