Mondial: l'Espagne à Paris sous la menace des barrages

le
0
LA ROJA SOUS LA MENACE DES BARRAGES
LA ROJA SOUS LA MENACE DES BARRAGES

par Mark Elkington

MADRID (Reuters) - Le match France-Espagne de mardi au Stade de France prend encore plus d'importance car le nul concédé à la Finlande menace les champions du monde de devoir passer par les barrages pour défendre leur titre alors que les Français ont battu la Géorgie.

"Une autre grosse gaffe", a titré samedi en "Une" le quotidien sportif Marca après le 1-1 concédé vendredi soir à Gijon par la Roja qui avait déjà été tenue en échec chez elle par la France il y a un an à Madrid.

"La Coupe du monde est en danger", proclamait le titre principal de Sport.

L'entraîneur Vicente del Bosque, qui a conduit l'équipe aux titres de championne du monde en 2010 et de championne d'Europe en 2012, n'a pas cédé à ce catastrophisme.

"Nous avons complètement dominé le match pendant 90 minutes mais nous n'avons pas eu de chance", a-t-il dit.

"Nous avons été touchés par une baguette magique en termes de chance ces dernières années, pas cette fois. Mais il n'y a aucune raison d'être pessimiste car nous tenons notre destin entre nos mains", a-t-il ajouté.

"Il faut aller en France et gagner puis il y aura encore trois autres matchs."

L'Espagne a été mise en échec vendredi par la résistance en défense des Finlandais et un but de Teemu Pukki sur une contre-attaque à la 79e minute.

Elle a ainsi glissé à la deuxième place du groupe I, à deux points de la France, alors que seuls les premiers de poule seront directement qualifiés pour la phase finale et que les meilleurs deuxièmes devront jouer des barrages.

"RÉFLÉCHIR ET RÉAGIR"

Après leur déplacement à Saint-Denis, les Espagnols devront encore se déplacer en Finlande et recevoir la Biélorussie et la Géorgie en septembre et octobre. Les Français iront en Géorgie et en Biélorussie et recevront la Finlande.

Le sélectionneur de la Finlande Mixu Paatelainen a expliqué après le match de Gijon qu'il avait étudié le jeu de Barcelone, dont sept joueurs jouaient vendredi pour la Roja, pour mettre au point son plan de jeu.

"Nous avons pris un risque avec une tactique qui ressemblait au jeu du chat et de la souris et ça a marché. Nous avons réussi à frustrer les Espagnols", a-t-il dit.

Il est improbable que la France adopte la même tactique mardi et l'équipe d'Espagne devrait recevoir le renfort des milieux de terrain Xavi et Xabi Alonso.

Le quotidien AS a souligné que ces deux joueurs qui reviennent de blessure sont respectivement "la main qui fait balancer le berceau" et "la poutre du jeu de l'équipe".

L'équipe sera en revanche privée du défenseur de Barcelone Jordi Alba, blessé à la cuisse.

Mais elle pourra compter sur son capitaine Sergio Ramos qui a fêté sa 100e sélection vendredi en marquant de la tête et a appelé ses coéquipiers à redresser la tête dès la fin du match.

"Quand on ne gagne pas, il faut savoir faire face aux critiques", a dit le défenseur du Real Madrid. Il nous faut réfléchir et réagir".

Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant