Mondial interactif à Rio: deux millions de mordus, un seul vainqueur

le
0
Mondial interactif à Rio: deux millions de mordus, un seul vainqueur
Mondial interactif à Rio: deux millions de mordus, un seul vainqueur

Après un an d'éliminatoires impitoyables et de milliers d'heures passées devant les consoles, la finale du Mondial Fifa interactif a donné son verdict jeudi lors d'un grand évènement tenu près du Pain de Sucre de Rio de Janeiro."But de Neymar pour le Brésil!". Le commentateur crie dans son micro après l'ouverture du score de l'équipe du danois August Rosenmeier, 18 ans, face à l'Allemagne du britannique David Bytheway, 20 ans, sous les yeux d'environ 300 spectateurs.Les deux jeunes hommes martyrisent tranquillement leurs manettes, visiblement pas intimidés par l'enjeu de l'évènement, également suivi en "live stream" par des dizaines de milliers d'internautes.Pour en arriver à ce stade, ils ont dû passer par des sélections rigoureuses de la Fifa et de l'américain Electronic Arts, le géant des jeux vidéo qui édite le jeu de simulation de football Fifa, référence du genre. L'avant-dernière version du jeu, Fifa 13, avait été vendue à 4,5 millions d'exemplaires à travers le monde. - 900 matches par mois - Selon la Fifa, quelque deux millions de joueurs ont participé à ces sélections en ligne pour tenter de faire partie de cette élite des as de la manette. Les plus assidus ont été les Européens, avec en tête les Français (11,7%) et les Espagnols (9%). "Pour participer à la finale, il fallait être dans les deux premiers au classement mensuel mondial sur un total de 900 matches", explique à l'AFP Johann Simon, un des cinq Français présents dans le cadre enchanteur du Moro da Urca, la montagne située sous le célèbre Pain de Sucre.Johann Simon, 21 ans, est un des rares privilégiés accompagnés par un sponsor. Il fait partie du "Team Millenium" qui finance ses voyages pour les tournois à l'étranger et lui verse une allocation mensuelle.Pour se qualifier, Johann a été classé premier d'un classement mensuel avec 845 victoires sur 900 matches. "Ce n'est pas les heures passées ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant