Mondial: Hugo Lloris plaide la "folie"

le
0
POUR HUGO LLORIS, LES BLEUS NE POURRONT PAS CRÉER L'EXPLOIT FACE AUX UKRAINIENS SANS FOLIE
POUR HUGO LLORIS, LES BLEUS NE POURRONT PAS CRÉER L'EXPLOIT FACE AUX UKRAINIENS SANS FOLIE

par Gregory Blachier

SAINT-DENIS, Seine-Saint-Denis (Reuters) - L'équipe de France devra mettre de la "folie" mardi au Stade de France face à l'Ukraine si elle veut renverser la situation dans son barrage qualificatif pour la Coupe du monde au Brésil, a prévenu lundi le capitaine Hugo Lloris.

Les Bleus devront remonter un retard de deux buts après leur défaite 2-0 vendredi à Kiev, ce qu'aucune équipe européenne n'a jamais réussi à faire dans un barrage.

"On va tout mettre de notre côté pour réaliser un exploit, parce qu'il n'y a pas d'autre mot", a dit le gardien de but français lundi en conférence de presse.

"Il va falloir montrer de quoi on est capable, être à notre meilleur niveau, jouer avec beaucoup d'intelligence, ne pas partir à l'abordage mais mettre de la folie parce que sans folie, l'exploit ne sera pas réalisable."

L'équation est difficile à résoudre, car apporter un grain de folie supplémentaire dans le jeu des Bleus, qui en ont manqué par trop à l'aller, impliquera peut-être de laisser des espaces et s'exposer aux contres ukrainiens.

Pour Hugo Lloris, la clé sera de "jouer intelligemment".

"On va avoir des temps forts et c'est là qu'il va falloir être efficace. Marquer le premier but sera déjà un bon pas. La folie, on l'amènera par la créativité. On a des joueurs pour faire la différence", a-t-il souligné.

Le sélectionneur, Didier Deschamps, pense aussi ses joueurs capables de trouver l'équilibre entre une nécessaire prise de risque et un contrôle des événements.

"SORTIR LA TÊTE HAUTE"

"Bien sûr que c'est jouable et réalisable. Ce n'est pas incompatible. Le risque il y est, mais aujourd'hui, ça passe par un match qui doit être hors normes (...) se sublimer, se surpasser mais en gardant la maîtrise (...) Il ne faudra pas perdre patience non plus."

Comme ses coéquipiers avant lui, Lloris s'est dit persuadé que les Bleus ont assez de talent pour bousculer cette équipe d'Ukraine à laquelle ils ont posé si peu de problèmes vendredi.

"On y croit. Il y a de l'espoir, il y a énormément de qualités mais il faut aussi un état d'esprit et je pense qu'on l'a, on a cet état d'esprit de revanchards", a-t-il dit.

"Demain, il faudra sortir la tête haute, en ayant le sentiment d'avoir tout donné et si on a ce sentiment, on sera tout près d'une qualification ou peut-être on le sera."

Didier Deschamps veut croire que ce sera le cas: "Il faut unir toutes ses forces, les qualités mentales, les qualités physiques. Si on ne l'a pas là, je ne sais pas quand on l'aura."

Les Bleus ne l'ont que trop rarement montré et des doutes sur leur niveau réel les escortent depuis de longues années. Selon Hugo Lloris, ils seraient en grande partie balayés en cas de qualification.

"Réaliser un exploit comme celui-ci, ça prouvera vraiment qu'on est une grande équipe", a-t-il dit.

Cela permettrait aussi de réchauffer un Stade de France qui a habitué les joueurs à perdre vite patience, lui, lorsque le sort est contraire. Didier Deschamps l'a rappelé, il reviendra à ses hommes de susciter des vocations de supporter.

"Les gens seront là mais après, c'est par ce qu'on fera sur le terrain, la détermination, l'envie, c'est à nous de les emmener avec nous. Oui, on aura besoin d'eux", a-t-il lancé, dans un ultime appel à mettre de la folie.

Gregory Blachier, édité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant