Mondial féminin, Allemagne-France (1-1) : les Bleues sorties aux tirs au but (5-4)

le , mis à jour le
0
Mondial féminin, Allemagne-France (1-1) : les Bleues sorties aux tirs au but (5-4)
Mondial féminin, Allemagne-France (1-1) : les Bleues sorties aux tirs au but (5-4)

A six minutes près, l'équipe de France féminine est passée tout près du plus grand exploit de son histoire, hier à Montréal, face à la grande Allemagne, double championne du monde et octuple championne d'Europe. L'égalisation adverse à la 84e minute risque de rester longtemps dans les têtes des Bleues, battues à l'issue de la terrible séance de tirs au but. Un dénouement cruel pour les filles de Philippe Bergeroo qui ont longtemps résisté à la première nation au classement Fifa (la France est 3e).

Encore une fois, c'est avec des regrets que les Françaises quittent une compétition, après leur 4e place au Mondial 2011 et aux Jeux de Londres en 2012. La qualification pour les Jeux de Rio sera une maigre consolation. « On a tout donné, mais ça n’a pas suffi, glisse Wendy Renard, la capitaine tricolore. On gagne ensemble, on perd ensemble. C’est vraiment dommage car il y avait la place d’aller plus loin. On méritait de passer, je crois. »

Quoi qu'il arrive, ce choc entrera dans les annales comme un sommet d'intensité, rarement atteint dans le football féminin. Il y avait même un air de Séville 1982, où l'Allemagne de Schumacher avait marché sur la France de Battiston en demi-finale du Mundial espagnol. Au jeu tricolore, les Allemandes ont aussi répondu par une grosse agressivité dans les duels. Hamraoui a même fini le nez en sang après un coup de coude.

Mais les Françaises ne s'en sont pas laissé conter. Les complexes laissés au vestiaire, elles ont pris la maîtrise des opérations.

Une prolongation suffocante

Sur la lancée de leur prestation de haut niveau face au Mexique (5-0) puis la Corée du Sud en 8e de finale, les Bleues ont sorti le grand jeu face à des Allemandes déboussolés comme jamais depuis le début du tournoi. A l'image des incroyables ratés face au but de Necib au bout de cinquante secondes ou de Thiney à la dernière minute de la prolongation, il ne leur a, encore un fois, manqué que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant