Mondial de handball : les supporteurs "mercenaires" s'expliquent

le
0
Des supporteurs espagnols de l'équipe de handball espagnole, lors du match entre l'Espagne et le Qatar le 21 janvier.
Des supporteurs espagnols de l'équipe de handball espagnole, lors du match entre l'Espagne et le Qatar le 21 janvier.

Ils ont chanté, ils ont crié, ils ont animé la salle de Lusail une nouvelle fois ce mercredi, à l'occasion du match entre le Qatar et l'Espagne, au tour préliminaire du Mondial de handball. Eux, ce sont les soixante supporteurs espagnols qui ont été conviés par le pays organisateur, tous frais payés, pour soutenir l'équipe nationale du Qatar, entraînée par un Espagnol, Valero Rivera, et composée aux deux tiers de joueurs d'origine étrangère.Depuis huit jours, ce soutien factice agite les médias du monde entier, souvent critiques. "On a donné des dizaines d'interviews au Qatar, au Brésil, en Europe... Il y a de nouvelles demandes chaque jour, ça n'arrête pas ! Malheureusement, les médias se moquent de nous. On nous traite de mercenaires, de vendus", raconte l'une des femmes du groupe, Beatriz Lucha Vivo, dans le lobby de son hôtel, le Holiday Villa, un immense paquebot blanc à l'ouest de Doha.Pour le match hautement symbolique contre l'Espagne, championne du monde en titre, le club des 60 a pris une décision, lors d'une réunion matinale : ce mercredi, personne n'a porté le maillot du Qatar offert à leur arrivée - en même temps que l'écharpe aux couleurs de l'émirat et les lunettes de soleil. "On a chanté comme lors des deux premiers matches du Qatar, raconte Belén, la soeur de Beatriz, mais j'ai envie que ce soit l'Espagne qui gagne la médaille d'or, c'est clair. Nous sommes libres de supporter notre pays lorsque le Qatar ne joue...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant