Mondial à 48, arbitrage vidéo: Gianni Infantino dit tout

le
0
Mondial à 48, arbitrage vidéo: Gianni Infantino dit tout
Mondial à 48, arbitrage vidéo: Gianni Infantino dit tout

Le nouveau patron de la Fifa a accordé ce lundi un entretien exclusif au Parisien-Aujourd'hui en France. Interrogé par nos lecteurs, le successeur du très controversé Sepp Blatter est revenu sur tous les thèmes qui agitent en ce moment la planète du ballon rond : les Coupes du monde en Russie et au Qatar, l'augmentation du nombre de pays qualifiés ou encore l'arbitrage vidéo. 

 

Sur sa volonté d'accueillir plus de pays lors d'un Mondial, Infantino explique d'abord pourquoi,il souhaite aller dans ce sens. « La tâche principale de la Fifa doit être le développement du football. Et il n’y a rien de plus fort qu’une qualification pour un Mondial, cela emballe un pays pendant six mois. Donc, si on augmente le nombre de participants, on arrive à développer le foot dans plus de pays. On me dit que la qualité va en souffrir. Je rappelle qu’en 2014, l’Angleterre et l’Italie ont été sortis par le Costa Rica !»

 

«L’Ukraine et la France auraient joué l’un contre l’autre en juin au Brésil»

 

Le patron de la Fifa a ensuite apporté des précisions sur la possibilité d'un Mondial à 48 nations : «On va voir cela en janvier. Ce sera pour la Coupe du monde 2026».

«Les 16 meilleures sont déjà sûres de disputer les phases de groupes, poursuit le Suisse. Il en reste 32. Ces 32 disputent, entre elles, un match en début de Coupe du monde, au sein du pays organisateur. Et les 16 vainqueurs rejoignent les 16 déjà qualifiés. La différence, c’est que si ces matchs s’étaient disputés en novembre, les éliminés étaient en crise. Là, il y aura de l’euphorie jusqu’en juin. Avec le nouveau principe, l’Ukraine et la France auraient joué l’un contre l’autre en juin au Brésil (*).»

 

L'intégralité de l'entretien à lire mardi dans le journal et dès 23h30 en téléchargement.

 

(*) En barrages retour le 19 novembre 2013, la France avait éliminé l'Ukraine et validé son billet pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant