Mondial-2022 : les ouvriers d'un stade au Qatar payés 57 centimes de l'heure

le
0
Mondial-2022 : les ouvriers d'un stade au Qatar payés 57 centimes de l'heure
Mondial-2022 : les ouvriers d'un stade au Qatar payés 57 centimes de l'heure

Les ouvriers travaillant à la construction du stade d'Al-Wakrah au Qatar, l'une des enceintes destinées à accueillir des matches du Mondial-2022, sont payés 57 centimes d'euro de l'heure et travaillent jusqu'à 30 jours par mois, a révélé le quotidien «The Guardian» mercredi.

Selon le journal britannique, une centaine de travailleurs sont concernés. «The Guardian» affirme, citant des ouvriers, que les passeports des ouvriers leur ont aussi été retirés par leur manager, et ce en contradiction avec la charte émise par les organisateurs du Mondial-2022. En février, le Qatar avait en effet annoncé une série de mesures pour protéger les ouvriers sur les chantiers des stades après les accusations d'esclavagisme. Le pays était alors accusé depuis plusieurs mois d'esclavagisme et de travail forcé d'ouvriers népalais, morts sur les chantiers. Un scandale déjà révélé par «The Guardian».

«Il y a des difficultés pour calculer les heures supplémentaires et nous travaillons avec l'entreprise pour rectifier toute infraction», a déclaré au quotidien un porte-parole du comité d'organisation. 

Depuis l'attribution en 2010 de l'organisation du Mondial-2022, le Qatar fait l'objet de vives critiques de la part des organisations des droits de l'Homme et syndicales qui dénoncent le sort réservé aux travailleurs étrangers. «Le Qatar est un Etat esclavagiste» a encore affirmé la Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, Sharan Burrow, en marge du Congrès de l'Organisation Internationale du Travail (OIT), en juin à Genève.

L'architecte à l'origine du design du stade, Zaha Hadid, a déjà été lui aussi l'objet de nombreuses critiques après que des conditions de travail déplorables aient déjà été signalées sur le chantier du centre culturel de Bakou qu'elle a aussi dessiné. A propos des révélations du Guardian, l'architecte renommée dont le cabinet devrait toucher une commission de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant