Mondial 2022 en hiver : les clubs européens ne seront pas dédommagés

le
0
Mondial 2022 en hiver : les clubs européens ne seront pas dédommagés
Mondial 2022 en hiver : les clubs européens ne seront pas dédommagés

Le Mondial 2022 au Qatar continue de susciter la polémique. Au lendemain de la recommandation du groupe de travail de la Fifa de programmer le Mondial dans ce pays en hiver, du 26 novembre au 23 décembre, afin d'éviter les chaleurs étouffantes de l'été, la tension monte d'un cran avec l'Association des clubs européens. Selon la Fifa, aucun club ne sera dédommagé financièrement en raison de ce changement de calendrier.

«Il n'y a aura pas de compensation financière, il y a sept ans pour s'organiser», déclare le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, lors d'une conférence de presse à Doha, en réponse aux critiques exprimées mardi en Angleterre, en France et en Allemagne. Les clubs européens devront accepter ce changement par rapport à une Coupe du monde traditionnellement organisée en été, même «si ce n'est pas parfait», insiste le numéro deux de la Fifa. La recommandation du groupe de travail devra encore être validée par le comité exécutif de la Fifa lors de sa réunion des 19 et 20 mars à Zurich: «Cela arrive une fois, et nous ne faisons rien qui puisse détruire le football.»

VIDEO. Qatar-2022 - Le Mondial en novembre-décembre

Dès l'annonce mardi de cette recommandation d'un Mondial 2022 en hiver, les réactions avaient été vives du côté des grands championnats européens. Karl-Heinz Rummenigge, patron de l'Association européenne des clubs (ECA), avait ainsi estimé que «les clubs devraient être dédommagés si une telle décision était finalisée» par la Fifa en mars. De son côté, Richard Scudamore, le patron de la Premier League, fière de son joyau, le «Boxing Day», avec les chocs entre les plus grands clubs anglais pendant les fêtes de Noël, s'était déclaré «très déçu» dès mardi.

La Fifa joue sur du velours

Pour l'heure, Jérôme Valcke joue sur du velours. Les complaintes de la Premier League auront du mal à se faire entendre alors qu'il y a deux semaines les Anglais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant