Mondial 2014: Rio Mavuba, un capitaine en puissance

le
0
LA PROGRESSION DISCRÈTE DE RIO MAVUBA EN BLEU
LA PROGRESSION DISCRÈTE DE RIO MAVUBA EN BLEU

par Olivier Guillemain

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Absent de l'équipe de France pendant plus de cinq ans, Rio Mavuba est en train de discrètement se rendre indispensable aux yeux de Didier Deschamps, qui manque de cadres dans sa sélection et voit en lui un "leader naturel".

Utilisé avec parcimonie par Raymond Domenech, six fois entre 2004 et 2007, puis splendidement ignoré par Laurent Blanc ces deux dernières années, le capitaine lillois doit sa renaissance en Bleu à la petite révolution orchestrée à l'issue de l'Euro.

Rappelé le 15 août dernier pour un match amical contre l'Uruguay (0-0), Rio Mavuba s'est montré digne de cette confiance en rendant une première copie propre, trois semaines avant de monter en puissance, vendredi, en Finlande (1-0).

"Il est dans son registre et dans la continuité de ce qu'il fait à Lille. Il aime bien être devant les (défenseurs) axiaux, dans un rôle de sentinelle. Même s'il n'a pas l'impact physique dans les duels aériens, il utilise bien le ballon", a estimé Didier Deschamps samedi en conférence de presse.

"Il est capable de bien ressortir le ballon, il est intelligent dans la lecture des trajectoires pour donner le bon équilibre dans le jeu", a-t-il poursuivi.

"Après, c'est vrai qu'il n'a pas beaucoup de sélections (huit, NDLR) mais il prend son rôle très à coeur. Dans une équipe, c'est toujours important d'avoir des leaders de parole et il doit en être un", a conclu Didier Deschamps.

La longue traversée du désert de l'ancien Bordelais ne lui aura donc pas été préjudiciable, bien au contraire.

Et à peine retrouve-t-il Clairefontaine que de nombreux observateurs le voient déjà enfiler un jour le brassard de capitaine ou connaître le même destin de Claude Makelele, appelé sur le tard en sélection.

"UN PEU PRÉMATURÉ D'EN PARLER"

Le fait qu'il parle beaucoup avec les jeunes sur le terrain et celui, surtout, qu'il soit allé négocier le nouvel accord sur les primes conclu par les joueurs de l'équipe de France et la Fédération donnent du poids à cette théorie.

Mais pour le discret milieu de poche, "il est un peu prématuré de parler de tout cela".

"J'arrive en étant moi-même aux côtés de joueurs qui sont en en place depuis longtemps. Hugo est capitaine depuis un moment. Je le respecte", a-t-il expliqué samedi sous le soleil de Clairefontaine.

"Je reviens doucement donc je ne vais pas arriver en conquérant. Je ne suis pas là pour jouer un rôle ou surjouer. Je savoure, je profite de chaque moment et aujourd'hui je prends encore plus conscience de l'importance de l'équipe de France."

"Je sais le manque que cela créé et le plaisir que cela procure", a poursuivi le Lillois.

Si Rio Mavuba juge encore trop tôt de parler d'un éventuel capitanat en Bleu, il ne faut toutefois pas gratter longtemps pour que son immense envie, naturelle, de diriger des hommes sur un terrain ne pointe le bout de son nez.

"Si cela doit venir un jour, je serais fier et j'assumerais totalement", a-t-il fini par lâcher, après trois questions d'affilée sur le sujet.

"En toute objectivité, je n'ai que huit sélections, je viens juste de faire un bon match. Chaque chose en son temps. J'ai d'abord envie de m'imposer sur le terrain, dans ce groupe et d'y revenir souvent", a-t-il dit.

"Je suis là pour apprendre, aussi. Je sens une confiance de la part du sélectionneur et du staff technique. Je ne sens pas la guillotine au-dessus de ma tête et du coup, je me sens mieux sur le terrain."

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant