Mondial 2014: Moussa Sissoko, "l'enfant" devenu "homme"

le
0
RETOUR EN BLEU DE MOUSSA SISSOKO
RETOUR EN BLEU DE MOUSSA SISSOKO

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Ignoré par Laurent Blanc pendant deux ans, Moussa Sissoko a justifié cette longue absence en équipe de France par un manque de maturité. Aujourd'hui, il estime avoir grandi et être devenu "un homme".

Quand Raymond Domenech l'a appelé pour la première fois en Bleu à l'automne 2009, à une époque où il crevait l'écran avec Toulouse, le jeune milieu de terrain n'a pas supporté la pression et les attentes placées sur lui.

"J'étais très jeune. J'avais 18-19 ans quand j'ai intégré l'équipe de France. Il y avait de très grands joueurs à l'époque et tout cela n'a pas été facile à digérer. Je manquais de maturité et de constance", a-t-il expliqué lundi en conférence de presse à Clairefontaine.

"A cette époque-là, j'étais encore un enfant. A côté de Thierry Henry ou de Nicolas Anelka, j'étais un peu intimidé", a-t-il poursuivi.

Après deux passages éclairs en équipe de France cette année-là, Moussa Sissoko a mangé son pain noir et attendu le changement de sélectionneur, quelques mois plus tard, après le fiasco de Knysna, pour être à nouveau rappelé en Bleu.

Mais ce premier match de l'ère Laurent Blanc en Norvège en août 2010, une rencontre pour laquelle "le Président" n'avait convoqué aucun des mutins sud-africains, restera son seul et unique match chez les Bleus pendant le mandat de l'ancien entraîneur de Bordeaux.

Jeudi dernier, avec les forfaits d'Abou Diaby et de Rio Mavuba, Didier Deschamps a décidé de le rappeler en vue d'un match amical contre le Japon et d'un déplacement en Espagne pour le compte des éliminatoires du Mondial 2014.

Et dans cette optique, Moussa Sissoko compte bien lui prouver qu'il a eu raison et, surtout, qu'il a changé.

"Pendant tout ce temps-là, j'ai vachement mûri, j'ai essayé de corriger tout ça et ce qui a fait que je suis peut-être là aujourd'hui", a-t-il estimé.

"Je me sens plus responsabilisé. Je ressens beaucoup moins de pression. Maintenant, c'est à moi de me battre et d'apporter le plus possible à cette équipe."

Au cours de sa traversée du désert, le milieu de terrain a dit avoir repris espoir lorsque Didier Deschamps a commencé à appeler son partenaire en club Etienne Capoue.

"J'étais à la fois super content pour Etienne car on a grandi ensemble mais en même temps, je me disais que le sélectionneur gardait un oeil sur l'équipe toulousaine (...) Aujourd'hui, j'ai envie de m'y installer le plus longtemps possible."

Olivier Guillemain, édité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant