Mondial 2014: les Grands gagnent petitement

le
0
L'ITALIE BAT MALTE MAIS SANS ÉTINCELLES
L'ITALIE BAT MALTE MAIS SANS ÉTINCELLES

PARIS (Reuters) - Les grandes puissances du football européen se sont certes imposées mardi en qualification pour le Mondial 2014 mais, pour certaines d'entre elles, la victoire n'avait rien de la formalité attendue, notamment pour l'Espagne qui a souffert en Géorgie.

Face à Malte, l'un des nains footballistiques du continent, les Italiens se sont eux aussi contentés du strict minimum, en l'occurrence un succès 2-0 sans étincelles, quatre jours après un match nul 2-2 en Bulgarie.

Les Azzurri totalisent quatre points dans la poule B.

Les Allemands étaient dans le ton de cette soirée puisqu'ils n'ont pas fait mieux qu'un court succès 2-1 en Autriche.

Ce résultat leur permet à tout le moins de prolonger leur domination sur l'Autriche, contre laquelle ils ont toujours gagné lors des deux décennies écoulées. Et il leur offre trois points précieux dans le groupe C.

Seule l'Angleterre, tenue en échec 1-1 par l'Ukraine, a fait sonner une fausse note dans le concert des nations. Encore a-t-il fallu que Frank Lampard marque un pénalty à trois minutes de la fin du temps réglementaire.

Jusqu'à cet instant, les Anglais prenaient le chemin de la défaite, après l'ouverture du score signée Evhen Konoplianka (39e), qui aurait été d'autant plus étonnante que Steven Gerrard et ses coéquipiers restaient sur un 5-0 en Moldavie.

Dans leur groupe de qualification, le H, le Monténégro a nettement moins finasser, quitte à humilier Saint-Marin 6-0 sur son propre sol, tandis que la Pologne a battu a battu la Moldavie 2-0.

Autant dire que les Anglais sont chaudement invités à reprendre leurs esprits face à Saint-Marin le 12 octobre s'ils ne veulent pas s'exposer au risque de vivre une campagne de qualification pénible.

Le Portugal a aussi beaucoup peiné face à la modeste équipe d'Azerbaïdjan dans le groupe F, ce que le score de 3-0 traduit mal.

Les 30.000 spectateurs de Braga ont en effet dû attendre 64 minutes et assister à de nombreuses occasions gâchées avant de voir, enfin, un but signé Silvestre Varela. Helder Postiga (85e) et Bruno Alves (88e) ont marqué dans les cinq dernières minutes.

De même, l'équipe de France a attendu la 80e minute et un but de Franck Ribéry pour se mettre à l'abri pour de bon face à la Biélorussie (3-1).

BIZARRERIE STATISTIQUE

Didier Deschamps et ses joueurs ont ainsi mis fin à une bizarrerie statistique: les Bleus n'avaient jusque-là jamais battu la Biélorussie qu'ils n'avaient, il est vrai, rencontrée qu'à deux reprises sous l'ère Laurent Blanc.

La France est seule en tête du groupe I avec six points, soit trois de plus que la Géorgie et l'Espagne, qui est entrée mardi dans la ronde des qualifications après avoir été exemptée vendredi.

Les Géorgiens ont fait transpirer les champions du monde et doubles champion d'Europe en titre pendant 86 minutes, jusqu'au but de Roberto Soldado, au point que l'hypothèse d'un match nul commençait à prendre corps.

L'attaquant de Valence s'est vu offrir une rare occasion de briller en sélection où il souffre habituellement de la concurrence de David Villa et de Fernando Torres.

Il a failli laisser filer cette chance faute de réussir à convertir une occasion de but en première période, mais il s'est racheté à la 86e lorsque Cesc Fabregas lui a adressé un centre au milieu de la surface de réparation.

"Cela a été très dur de trouver des espaces et de se créer des occasions mais, au bout du compte, nous avons réussi à trouver la brèche", a analysé Roberto Soldado au micro de la télévision espagnole.

Conclusion cruelle pour les hôtes du match, qui avaient jusque-là résisté avec d'autant plus d'abnégation qu'ils avaient dû jouer les 20 dernières minutes sans le gardien titulaire, Giorgi Loria, sorti sur blessure.

Les Géorgiens sont même passés tout près de l'ouverture du score à la 54e minute, mais la frappe enroulée d'Aleksander Amisulashvili s'est écrasée sur le poteau.

Engagés dans le groupe D, les Pays-Bas ont eu plus de réussite en Hongrie (4-1).

De même pour les Russes qui, face à Israël (4-0), ont répondu aux sceptiques qui s'étaient fait entendre après une victoire jugée trop étriquée contre l'Irlande du Nord vendredi (2-0). Ils totalisent six points dans le groupe F.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant