Mondial 2014: les Bleus renoncent à certaines primes

le
0
LES BLEUS RENONCENT À UNE PARTIE DE LEURS PRIMES POUR LE MONDIAL 2014
LES BLEUS RENONCENT À UNE PARTIE DE LEURS PRIMES POUR LE MONDIAL 2014

par Olivier Guillemain

HELSINKI (Reuters) - Les joueurs de l'équipe de France de football ne toucheront plus de primes sur les matches amicaux et éliminatoires en cas de non-qualification pour la Coupe du monde 2014, a annoncé vendredi le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët.

Les Bleus continueront toutefois à recevoir une prime de droit à l'image, qui passera de 10.000 à 15.000 euros par match joué.

"J'ai toujours pensé qu'ils viendraient tous jouer pour pas grand-chose ou à pied, je vous confirme que c'est vrai", a déclaré Noël Le Graët à Helsinki, à quelques heures du coup d'envoi du match Finlande-France comptant pour les éliminatoires du prochain Mondial, au Brésil.

"Les joueurs sont conscients que certains montants ont pu choquer cet été après l'Euro, et dans cette optique, ils ont renoncé aux primes pour les matches amicaux", a-t-il ajouté.

Après les écarts de comportement des Bleus au Mondial 2010 puis à l'Euro, l'opinion publique française s'était émue des montants versés aux Bleus pour leur présence en équipe de France.

La FFF, consciente de l'urgence de réformer ce système, a tranché dans le vif. "On est quasiment en situation de suppression des primes", a avancé Noël Le Graët, qui a détaillé un plan de rigueur qui permettra à la FFF d'économiser près de deux millions d'euros par an.

Dans ce nouveau système de calcul, les Bleus ne toucheront plus de primes pour les matches amicaux et en cas de non qualification pour le Mondial. Jusqu'à présent, une victoire en match amical leur rapportait 18.000 euros, 12.000 ou 10.000 selon le classement mondial de l'adversaire.

"LES JOUEURS SONT TROP CRITIQUÉS"

En revanche, s'ils obtiennent leur billet pour le Brésil, ils se partageront environ 2,4 millions d'euros, soit 30% de la somme versée par la Fifa à la Fédération française à ce moment-là. Le même barème sera appliqué lors de la phase finale.

Les négociations ont été conduites, côté joueurs, par Karim Benzema, Hugo Lloris, Rio Mavuba et Franck Ribéry et les sommes économisées iront au football amateur, au fonctionnement de la FFF et du centre technique national de Clairefontaine.

Noël le Graët ne cachait depuis des mois son désir de revoir à la baisse le budget de fonctionnement de l'équipe de France, un sujet qui l'avait notamment opposé au prédécesseur de Didier Deschamps au poste de sélectionneur, Laurent Blanc.

Mais le dirigeant breton a toujours écarté l'idée d'une suppression totale des primes.

"L'argent n'est pas le critère pour venir en sélection, mais il y a une tradition. Les équipes nationales sont rémunérées et je trouve normal qu'il y ait des échanges commerciaux entre nous", a-t-il expliqué.

"Les joueurs sont trop critiqués et j'aimerais qu'on signale le côté positif de ces négociations. Ils sont attachés à l'équipe de France et je suis admiratif de leur comportement", a-t-il ajouté.

"J'ai envie qu'ils gagnent. Qu'ils disent bonjour, signent des autographes, c'est bien, mais la priorité des priorités c'est de donner un bon visage sportif et de se qualifier pour le Brésil. J'aimerais que l'on respecte la qualité humaine des sélectionnés", a-t-il conclu.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant