Mondial 2014: l'Espagne commence, l'Italie espère

le
0
LA ROJA ENTRE EN SCÈNE POUR LE MONDIAL
LA ROJA ENTRE EN SCÈNE POUR LE MONDIAL

par Brian Homewood

BERNE (Reuters) - La route qui doit en théorie mener l'Espagne au Mondial 2014 passe par la Géorgie où les champions du monde entament mardi leur campagne de qualification, quatre jours après les autres ténors européens.

Les hasards du calendrier ont voulu que les champions en titre soient exemptés vendredi alors que la France, l'Allemagne, le Portugal ou les Pays-Bas s'imposaient pour le premier match d'une longue série.

Seule l'Italie a fait exception. Tenus en échec en Bulgarie (2-2), les vice-champions d'Europe auront pour mission de se faire pardonner par leurs "tifosi", d'autant qu'une nouvelle contre-performance dans le groupe B, contre Malte, les exposerait à la risée de l'Europe.

La petite île au sud de la péninsule italienne n'a, en effet, rien d'une terreur et n'a plus gagné en qualification pour la Coupe du monde depuis un succès en 1993 face à la modeste Estonie.

Un revers en Géorgie serait tout aussi malvenu pour la Roja qui n'a plus connu la défaite en compétition depuis deux ans et vingt matches.

RETOUR PROGRESSIF DE VILLA

Le sélectionneur Vicente del Bosque ne pourrait même pas s'abriter derrière l'excuse de l'absence de David Villa, meilleur buteur de l'histoire du pays.

Victime d'une fracture du tibia en décembre, l'attaquant du FC Barcelone a dû passer par une longue convalescence, au point de manquer l'Euro 2012, avant de faire son retour en rouge vendredi en match amical contre l'Arabie saoudite (5-0).

Le joueur de 30 ans a lui-même tenu à évacuer tout scepticisme sur son état de forme après cette longue période de chômage technique. "Je ne me suis pas inquiété une seule fois depuis mon retour à l'entraînement il y a sept semaines et il y a eu aucun problème depuis l'opération", a-t-il dit.

Cette résurrection n'est pas une bonne nouvelle pour les futurs adversaires de la Roja dans le groupe I, à commencer par la France qui traversera les Pyrénées pour la défier le 16 octobre.

S'ils veulent mettre toutes les chances de leur côté, les Bleus devront commencer par battre la Biélorussie au Stade de France mardi.

Une victoire permettrait à la France d'envisager plus sereinement l'avenir après un Euro soldé par une défaite amère contre l'Espagne en quarts de finale (2-0).

Les Pays-Bas en sont au même point : tenter de faire oublier un séjour complètement raté en Ukraine et une élimination prématurée en phase de poule.

MAGYARS RAGAILLARDIS

L'opération rachat a commencé par une victoire contre la Turquie vendredi (2-0) dans le groupe D. Elle doit se poursuivre mardi à Budapest.

Certes, la Hongrie n'est plus ce qu'elle était au début des années 1950 et Balazs Dzsudzsak n'est certainement pas Ferenc Puskas, mais les Néerlandais ont toutes les raisons du monde de se méfier de cette équipe en pleine renaissance.

Quelques résultats récents ont ragaillardi les Hongrois. Une troisième place prometteuse il y a trois ans en Coupe du monde des moins de 20 ans suggère que la génération montante est prête à redresser l'image du pays.

Pour la Hongrie qui a perdu à domicile 4-0 contre les mêmes Néerlandais en qualification pour l'Euro 2012, une victoire aurait des allures de revanche et serait le signe que la renaissance est bel et bien entamée.

La Belgique attend, elle aussi, beaucoup de ses jeunes, en particulier Eden Hazard qui vient d'exporter tout son talent à Chelsea en Premier League après ses années lilloises.

Après un premier examen réussi contre le Pays de Galles (2-0) dans le groupe A, ces jeunes pousses, encore en plein apprentissage du plus haut niveau mondial, devront réussir un test plus délicat face à la Croatie.

Leur objectif sera de retrouver la Coupe du monde. Leur pays, qui avait constamment participé au grand raout planétaire entre 1982 et 2002, a disparu des écrans radar depuis une décennie.

En revanche, la phase de qualification fait presque figure de simple passage obligé pour des équipes comme l'Allemagne ou le Portugal.

La Mannschaft affronte, dans le groupe C, l'Autriche qu'elle a battue lors de leurs sept dernières confrontations. Le Portugal accueille l'Azerbaïdjan pour le compte de la poule F.

L'Angleterre jouera contre l'Ukraine son deuxième match dans le groupe H.

Treize places pour la Coupe du monde sont mises en jeu dans la zone Europe. Sont qualifiés d'office les premiers des neuf poules. Les huit meilleurs deuxièmes devront passer par des barrages à haut risque.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant