Mondial-2014 au Brésil : un sixième mort dans les travaux

le
0
Mondial-2014 au Brésil : un sixième mort dans les travaux
Mondial-2014 au Brésil : un sixième mort dans les travaux

Un ouvrier portugais de 55 ans est décédé vendredi à Manaus, dans le nord du Brésil, sur le chantier de l'Arena Amazonia. Il est le sixième personne à mourir dans les travaux réalisés pour accueillir le Mondial-2014 (12 juin-13 juillet). La Fifa et le gouvernement brésilien ont présenté leurs condoléances à la famille.

Lorsque l'accident s'est produit, Antonio José Pita Martins «était dans la dernière phase du démontage d'une grande grue, dont une grande partie a déjà été envoyée au Portugal, il n'y avait que lui et un autre gars», a expliqué Miguel Capobiango Neto, ingénieur en chef des travaux sur l'Arenas Amazonia. Une pièce métallique lui est tombée sur la tête et dos vers 12 heures, heure de Paris. Souffrant notamment d'un traumatisme crânien, il est décédé quelques heures plus tard.

La grue, surnommée «l'incroyable Hulk» en raison de sa grande taille, se situait à l'extérieur du stade, dans la zone du Centre de conventions (Sambodrome) de Manaus, à proximité immédiate du stade. Le gouverneur de l'Etat de l'Amazonie, Omar Aziz, a annulé sa visite prévue vendredi après l'accident.

Le troisième décès à Manaus

La Fifa a «profondément regretté» la mort de cet homme et manifesté «avec une grande tristesse ses sincères condoléances à sa famille», dans un message transmis à l'AFP. «Personnellement et au nom du gouvernement fédéral, je manifeste ma profonde peine et exprime mes sentiments et ma solidarité à la famille et aux amis de l'ouvrier», a réagi pour sa part le ministre brésilien des Sports, Aldo Rebelo.

Le gouvernement de l'Amazonie a lui aussi «regretté» ce décès, et a affirmé que l'entreprise Martifer, qui employait le défunt, était en train de «prêter toute l'assistance nécessaire à la famille et d'enquêter sur les causes de l'accident».  Il s'agit du troisième mort sur le chantier de l'Arena Amazonia, après les décès survenus en mars et décembre 2013 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant