Mondial 2014: Abou Diaby, sans peur et sans douleur

le
0
LES BLESSURES D'ABOU DIABY ONT FREINÉ LA PROGRESSION DE SA CARRIÈRE INTERNATIONALE
LES BLESSURES D'ABOU DIABY ONT FREINÉ LA PROGRESSION DE SA CARRIÈRE INTERNATIONALE

par Simon Carraud

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Depuis dix ans, le milieu de terrain Abou Diaby est annoncé comme l'un des futurs cadres de l'équipe de France. Et depuis dix ans, son ascension programmée vers le sommet du football français est ralentie par les blessures.

Aujourd'hui, son heure pourrait être venue.

Le joueur d'Arsenal, convoqué pour les matches de qualification à la Coupe du monde 2014 contre la Finlande et la Biélorussie, a fait lundi sa rentrée avec les Bleus, au lendemain d'une prestation de haute volée en championnat.

En Premier League, Abou Diaby a fait un match plein contre Liverpool au point d'être élu homme du match scellé par une victoire londonienne (2-0).

Depuis quand n'avait-il pas foulé une pelouse pendant aussi longtemps ? Il hésite. "Avril ou mars..."

A 26 ans, il ne totalise que 15 sélections en Bleu. Une incongruité pour ce joueur dont les sélectionneurs successifs n'ont cessé de vanter les qualités, à commencer par Laurent Blanc qui a beaucoup et souvent déploré son absence.

Celui qui a été révélé au grand public pour son apparition dans le documentaire "A la Clairefontaine" diffusé sur Canal + il y a dix ans revient donc, escorté par de grandes attentes.

"Je sais que j'ai une grosse part à jouer et aujourd'hui je suis conscient des responsabilités que j'ai. Ça sera a moi de les assumer", dit-il avant le match de vendredi à Helsinki.

"JE NE SUIS PAS FRAGILE"

Comme son prédécesseur, Didier Deschamps compte sur son rendement au milieu de terrain pour bâtir son équipe de France. Et frayer avec succès dans le groupe I, jusqu'au Mondial au Brésil.

"C'est déjà très bien qu'il ait mis ses problèmes physiques de côté. Il a pu enchaîner plusieurs matches dont le dernier où il a été très performant. C'est un joueur de haut niveau", analyse le sélectionneur.

"A lui de maintenir ce niveau de performance sur la longueur", ajoute-t-il.

S'il prend ce genre de précautions, c'est parce qu'il sait qu'Abou Diaby n'affiche pas la régularité qui aurait pu en faire le cadre attendu de l'équipe de France.

Chevilles, mollets, ischio-jambiers... le joueur formé à Auxerre a souffert tous les maux, en particulier la saison dernière. Si bien qu'il a été privé d'Euro en Ukraine et en Pologne, en juin dernier.

"Je me blesse beaucoup, c'est un fait. Mais je ne suis pas fragile", tient-il toutefois à préciser. A l'entendre, sa grande carcasse - 1,91m - n'est pas le problème.

Malgré tout, le joueur a pris ses devants cet été pour éviter de revivre les mésaventure qui l'ont longtemps privé de terrain. Cet été, il a travaillé avec Renaud Longuèvre, connu notamment pour avoir façonné Ladji Doucouré, champion du monde du 110 m haies.

"J'ai fait une bonne préparation", reconnaît Abou Diaby.

Aujourd'hui, il affirme ne pas craindre les contacts rudes de la Premier League. Sans peur et sans douleur.

"Je ne suis pas encore à 100% parce que ça fait longtemps que je n'ai pas enchaîné les matches. Mais j'ai l'impression que je suis sur la bonne voie". Vers le sommet du football français ?

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant