Mondadori France parie sur le numérique et le hors média

le
0
Mondadori France parie sur le numérique et le hors média
Mondadori France parie sur le numérique et le hors média

Mondadori France, n°3 français de la presse magazine, ne compte ni acquérir les titres vendus par Lagardère ni vendre les siens, et parie sur le numérique et le hors média, a expliqué son directeur général Carmine Perna.Mondadori France, qui édite près d'une trentaine de titres (Auto Plus, Grazia, Science et Vie, Closer, Télé Star, Top Santé, Biba, Modes et Travaux, Le Chasseur français, Pleine Vie...), avec 1.000 salariés environ, a réalisé un chiffre d'affaires de 380 millions d'euros en 2013, en baisse d'environ 10% à cause surtout d'une chute de 7% de ses recettes publicitaires, a-t-il précisé à l'AFP. Mais il a gardé un taux de marge opérationnelle de 9%. Et en ce début 2014, les recettes publicitaires se tiennent "plutôt bien", a-t-il jugé. "Nous ne sommes pas acheteurs des titres vendus par Lagardère", a expliqué M. Perna, qui juge qu'ils ont perdu beaucoup de leur valeur. "Nous mêmes avons déjà fait le tri dans notre portefeuille en 2008-2010, en passant de 44 à 25 titres". Mondadori s'est recentré sur les titres grands public, d'où la vente récente du Film Français, destiné aux professionnels. "La majorité de nos titres sont rentables ou à l'équilibre", a-t-il dit. Ses magazines télé ne représentent plus que 10 à 15% de son chiffre d'affaires, et leur diffusion baisse de 5% par an.D'ici à fin 2015, il souhaite que ses activités de diversification -- sites internet, boutiques en ligne ou encore croisières thématiques, dont des croisières scientifique ou automobile -- atteignent 10% du chiffre d'affaires, contre 7-8% actuellement. Mondadori lance encore de nouveaux titres: l'an dernier il a créé deux magazines de cuisine, 750g, décliné du site éponyme, et MasterChef Magazine, dérivé de l'émission télé. Il a aussi relancé Vital et un nouveau magazine de jeux, Slam. Il a également acquis deux sites: NaturaBuy, un site de vente pour passionnés de chasse, pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant