Monaco se saborde

le
0
Monaco se saborde
Monaco se saborde

Sans idée, incapable de hausser son niveau de jeu, Monaco s'incline logiquement face à Anderlecht, plus réaliste, plus efficace (0-2). Les Monégasques, qui avaient l'occasion de se qualifier pour les seizièmes de finale, ne sont même plus maîtres de leur destin.

AS Monaco 0-2 RSC Anderlecht

Buts : Gillet (45e), Acheampong (78e) pour Anderlecht

Trois petits pas en avant, puis deux en arrière. C'est à cela que ressemble le parcours de l'AS Monaco en Ligue Europa. Alors qu'une simple victoire suffisait pour s'ouvrir la voie vers les seizièmes de finale et s'éviter des calculs inutiles, les Monégasques laissent Anderlecht repartir de Principauté avec trois points et des espoirs de qualification dans la soute. Il y avait pourtant la place, se dira-t-on. Car les hommes de Leonardo Jardim ne sont pas tombés contre meilleurs qu'eux. Mais contre bien plus efficaces et réalistes, offensivement comme défensivement. Deux buts, chaque fois en fin de période, au plus mauvais moment. Monaco devra donc jouer son avenir européen face à Tottenham, et sûrement sans Jérémy Toulalan. Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, le club du Rocher a perdu son capitaine, lâché par sa cuisse en première période.

Toulalan se claque et c'est Monaco qui boîte


De Anderlecht à Anderlecht. Lors du match aller, alors que son équipe mordait la poussière du stade Constant Vanden Stock, Leonardo Jardim avait tenté et réussi un coup de poker en sortant Lacina Traoré du placard. Entré en jeu, l'Ivoirien avait arraché l'égalisation dans les derniers instants de la partie, revenant dans les petits papiers de son coach. Depuis, l'ancien de l'Anzhi Makhatchkala s'est offert une place de titulaire à la pointe de l'attaque monégasque. C'est d'ailleurs lui qui déclenche la première occasion de la rencontre. Une talonnade très bien sentie pour Mario Pasalic dont l'extèr' du droit frôle les bois de Silvio Proto.

En revanche, il n'y est pour rien sur la superbe frappe enroulée de Stephan El Shaarawy, claquée par Proto. Deux éclairs au milieu de pas grand chose. Après un bon début de match, l'ASM s'endort, bercée par le silence de Louis II. Le rythme baisse, et la sortie de Jérémy Toulalan, touché à la cuisse, n'arrange rien. Rien à signaler non plus côté Anderlecht. Alors on attend sagement la mi-temps lorsque qu'un "boum" retentit. C'est…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant