Monaco : Pourquoi tout le monde s'en fout...

le
0

Après avoir perdu sa place de dauphin, l’AS Monaco pourrait ne pas terminer sur le podium après avoir pourtant acquis une avance considérable. Mais cela ne semble pas intéresser grand-monde.

Le projet monégasque. L’un des plus grands mystères de ces dernières années. Un projet né en décembre 2011 lorsque le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev avait pris en main un club alors en grande difficulté sportive. Qu’il semble loin le temps où son bras droit, Vadim Vasilyev, désormais vice-président, se pavanait aux côtés de Joao Moutinho, James Rodriguez et Radamel Falcao. Après avoir lutté avec le PSG pour le titre une saison, l’AS Monaco est candidat chaque année pour terminer entre la deuxième et la troisième place, ce qui n’est évidemment pas honteux en soit. Sauf que cela ne correspond pas aux annonces passées, d’autant que la politique sportive a pris pour modèle le FC Porto. Une formation où les joueurs sont plus des produits commerciaux qu’autre chose. Mais à force de jouer à la bourse tous les six mois, le club au Dragon est actuellement largement éclipsé par Benfica et le Sporting CP en championnat. Monaco dans le dur Le parallèle avec Monaco est tout trouvé. Après avoir compté notamment huit points d’avance sur le troisième à l’issue de la 28eme journée de L1, la bande à Jardim a perdu sa deuxième place au classement à trois matchs de la fin. C’est Lyon qui est passé devant grâce à une différence de buts plus favorable. La faute à une bien mauvaise série avec seulement quatorze points pris sur trente possibles. La victoire à Paris avant la dernière trêve apparaît comme un trompe-l’œil pour une formation qui semble avoir perdu sa sérénité de début de saison. Et qui ne passionne pas les foules. Car à force de jouer petit bras, les coéquipiers de Vagner Love ne font plus rêver. Leur prestation à Rennes est en le parfait exemple. Après une première période plutôt solide et récompensée par un but opportuniste, Monaco a reculé de façon presque incompréhensible face à des Rennais pourtant peu inspirés. Jardim n’a plus d’excuse Ne jouant même pas les quelques balles de contres en seconde période, le club asémiste s’est fait punir par un but encaissé à la 80eme minute de jeu (1-1). Comme souvent. Résultat : Monaco a désormais perdu 17 points après avoir mené au score en Ligue 1 cette saison, seul Toulouse fait pire (33). « Quand tu travailles, tu travailles toujours pour gagner. Et quand tu ne gagnes pas, tu es déçu mais cela dépend toujours de nous, s’est justifié Leonardo Jardim en conférence de presse d’après-match. Si on veut atteindre notre objectif, il faut continuer à travailler. » Un technicien qui affiche ses limites. Et les critiques à son égard semblent cette fois pleinement justifiées. L’excuse du renouvellement massif du groupe ne peut plus être évoquée ad vitam aeternam. La titularisation de Lacina Traoré, aux dépens notamment de Vagner Love ou de Guido Carrillo, a été par exemple un fiasco. Un éternel recommencement Thomas Lemar a lui vu du banc des remplaçants le buteur monégasque du soir, Helder Costa, ne toucher que 17 ballons en 73 minutes. Le tout quelques jours avant de recevoir sa nomination pour les meilleurs espoirs de L1… Et le manque de spectacle flagrant depuis le début de la saison n’attire logiquement pas plus de spectateurs au stade Louis-II. Une enceinte qui sonne toujours aussi creuse et qui n’est pas prête de s’enthousiasmer. Car les meilleurs éléments du club du Rocher pourraient changer d’air dans quelques semaines (Joao Moutinho, Bernardo Silva, Fabinho, …). Un constat lassant pour les supporters monégasques qui vivent une saison bien frustrante. Mais certainement pas la dernière. Une sale habitude.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant