Monaco n'a craqué qu'une fois

le
0

Clairement favoris, les joueurs de la Juve sont venus à bout de l'AS Monaco grâce à un pénalty d'Arturo Vidal en seconde période. Toujours aussi bien regroupés derrière, les joueurs de l'ASM vont devoir tenter des trucs fous pour se qualifier au retour.


Juve - Monaco
(1-0)

A. Vidal (57') pour Juventus Turin


L'AS Monaco s'était qualifié au tour précédent sur son match aller, à l'extérieur, défiant tous les pronostics avec ses contres et la vitesse de ses ailiers. Mais n'ayant qu'une formule à proposer, Jardim doit sûrement se dire qu'il aurait eu plus de chances face au Bayern Munich pour refaire le coup de l'Emirates. Car des équipes qui défendent, "à l'italienne", la Juventus en affronte tous les week-ends. Et malgré la grande application des Monégasques, au niveau de la Ligue des champions au vu de leur concentration, les coéquipiers de Pirlo ont fait ce qu'il fallait pour s'assurer la victoire. Sans les surclasser. Et ce sont presque les Monégasques qui peuvent s'en vouloir pour quelques belles occasions ratées.
Vidal bouffe la feuille juste avant la pause...
Pour ce grand rendez-vous, Jardim déploie son système traditionnel. Plus qu'un 4-3-3, une forteresse avec un joueur qui court vite devant (Martial), un joueur capable de lui foutre la balle en profondeur (Moutinho), et deux bonnes lignes de 4 derrière pour contenir sans possession mais sans trop de transpiration. Et puis s'il y a la place d'exploiter une situation extraordinaire... C'est ce qui se passe en début de match, avec un Dirar qui profite des hésitations d'Evra pour tirer en taclant dans la surface. Mais c'est sur Buffon. Dommage, car derrière, même si la Vieille Dame est nerveuse, se rappelant sans doute qu'elle n'a plus passé ce stade de la compétition depuis 12 ans, la machine finit malgré tout par se mettre en route. Avec deux attaquants, trois milieux qui pressent et jouent haut, et Pirlo (de retour de blessure) juste derrière en quaterback. La possession dépasse les 65%. A force de travailler, une porte s'ouvre dans la maison de briques monégasque juste avant la pause. Mais Vidal veut mettre trop de puissance en ouvrant son pied dans la surface et rate le cadre. L'ASM peut souffler. Mais se rappeler aussi qu'elle était tout près d'obtenir un…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant