Monaco : Layvin Kurzawa veut battre le PSG

le
0
Monaco : Layvin Kurzawa veut battre le PSG
Monaco : Layvin Kurzawa veut battre le PSG
Présent en conférence de presse vendredi, Layvin Kurzawa, le latéral gauche de Monaco, a notamment évoqué sa blessure, Leonardo Jardim, la victoire face à Arsenal et la rencontre de dimanche face au PSG.

Layvin Kurzawa, comment vous sentez-vous physiquement ? 
Je ne suis pas à 100%. Mais, petit à petit, avec les entraînements, je vais de mieux en mieux. J'ai pris un coup qui m'a fait mal et j'ai eu du mal à le soigner. J'ai voulu être prêt pour Arsenal et je me suis peut-être précipité. On continue les soins. Je m'entraîne deux fois par jour pour revenir en forme le plus vite possible. Aujourd'hui (vendredi),  je ne m'estime pas à 100%, peut-être que je le serai dimanche.

Etait-ce une décision raisonnable de ne pas débuter contre Arsenal ?
Oui, même si j'avais une forte envie de commencer le match. Mais pour le bien de l'équipe, c'était mieux de faire débuter Elder (Echiejile). On a pris la décision seulement quelques heures avant le match.

Pensez-vous qu'il y aura plus d'engouement autour de Monaco après cette victoire ?
Peut-être. Je ne sais pas comment ça va se passer. Personnellement, je ne me focalise pas là-dessus. J'essaye de me concentrer sur mon retour. 

Malgré les absences et les suspensions, les remplaçants répondent toujours présents. Comment l'expliquez-vous ?
Déjà, il y a beaucoup de joueurs de qualité, qui savent s'adapter au jeu. C'est notre force à nous. On arrive à prendre des jeunes qui s'adaptent vite et, on le voit sur le terrain, ça fonctionne. Le coach fait aussi les bons choix, aux bons moments. Il est jeune, il continue d'apprendre. Il a sa méthode à lui, ses réactions, ses paroles... Moi, j'aime bien ce coach. Il est super proche des joueurs et ça met en confiance. Même pour ceux qui débutent sur le banc. Il a des paroles personnelles qui donnent cette confiance, qui révoltent l'équipe. Ça fait partie de sa force. On a tous rigolé en le voyant courir après le troisième but. C'est dans sa nature.

Comment appréhendez-vous le match face au PSG dimanche ?
On va essayer de faire le meilleur résultat possible. C'est-à-dire de gagner, parce qu'on est chez nous. On va essayer de rester sur cette bonne dynamique après Nice et Arsenal. On arrive avec le plein de confiance. On sort d'une très belle victoire. 

Qu'est-ce qui est à craindre contre Paris ?
Tout. Ça va être un gros match. Ça va être compliqué parce que c'est le PSG et ses stars. Malgré les blessés, ils ont les joueurs derrière pour les suppléer. Mais on a aussi nos armes, malgré nos absents en défense. Ce n'est pas le meilleur moment pour les jouer parce que l'on perd Abdennour, on perd Wallace (ndlr : le Tunisien est suspendu pour les deux matchs face à Paris, le Brésilien seulement en Coupe de France). On n'a pas Raggi, ni Carvalho. Mais on va faire en sorte de combler ces manques pour être le mieux possible. 

L'absence de Zlatan Ibrahimovic est quand même une bonne nouvelle...
On sait que c'est l'homme fort du PSG. Moi, j'aurais aimé qu'il joue parce qu'affronter des grands joueurs comme ça, c'est toujours bien. Mais il n'est pas là, tant mieux pour nous.

« Ce n'est que le début »

Comment fait-on pour passer de l'euphorie d'Arsenal à un match de L1 ?
C'est un autre match tout simplement. On passe à une autre compétition, un autre environnement. Même si on a gagné, on s'est remis en question. Il faut toujours le faire. Il va falloir se mobiliser pour gagner ce match-là parce qu'il est important pour la suite du championnat. Et puis, contre le PSG, ça peut faire penser à un match de Ligue des Champions. Ce sont des matchs que j'aime.

Qui est le favori ? 
Paris, parce que c'est Paris. Dans chaque match que le PSG joue en France, il est favori. Je ne sais pas s'ils nous craignent plus après Arsenal. Ils nous connaissent, on les connaît aussi. Depuis qu'on est remonté en L1, on les a rencontré trois fois et ça c'est toujours terminé en match nul 1-1.

Avez-vous l'impression que Monaco prend sa revanche après les critiques du début de saison ?
On revient de loin. On a eu beaucoup de mal au début de saison. Mais avec le travail, l'envie et un gros mental, on a retourné la situation. On a fait, pour moi, un exploit de se qualifier en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Et il nous reste un match retour à Monaco qui sera sûrement décisif pour nous, dans toutes les compétitions. Tant qu'on est sur tous les tableaux, sauf la Coupe de la Ligue, on va les jouer à fond. 

De votre côté, n'avez-vous pas le sentiment de vivre un apprentissage express du haut niveau cette saison avec l'équipe de France, la Ligue des Champions... ? 
Tout a été vite, c'est vrai. Après, j'ai eu ma blessure qui a ralenti les choses. C'est à moi de tout faire pour bien revenir. La blessure m'a freiné mais j'ai un bon mental. Je ne vais rien lâcher, je vais continuer à travailler parce que ce n'est que le début.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant