Monaco, finalement pas si con ce nouveau projet ?

le
0

Durant l'été, à la défaveur d'un divorce coûteux et de l'entrée en vigueur du Fair Play Financier, l'AS Monaco a dû céder ses deux stars James Rodriguez au Real Madrid et Radamel Falcao à Manchester United. Les premiers signes d'une décadence annonçaient certains, le début d'un projet illisibles pour d'autres. Et pourtant, neuf mois plus tard, le bébé a plutôt de l'allure, entre résultats probants et jeunes joueurs en pleine éclosion...

Un projet sportif imposé


Avec la mise en application de la première version du Fair Play Financier cet été, Monaco n'avait plus tellement le choix : pour éviter d'être rattrapé par la patrouille et de se faire lourdement sanctionner, le club princier devait revenir à un modèle économique plus "rationnel". Exit les têtes d'affiches du projet pharaonique initial James Rodriguez et Radamel Falcao. Bienvenue Bernardo Silva et Tiémoué Bakayoko. Moins clinquant, mais on fait avec les moyens que l'UEFA veut bien vous consentir. Le PSG n'a pas plus échappé aux contraintes et ainsi vu lui filer sous le nez Angel Di Maria... Pour Monaco, cela a été l'occasion de réussir la plus belle vente de l'histoire du foot français avec le départ de James Rodriguez -auréolé d'une magnifique Coupe du monde- vers le Real Madrid pour une somme comprise entre 80 et 90 millions d'euros. Une capacité à vendre que le PSG n'a toujours pas su mettre en pratique alors qu'elle peut parfois se révéler précieuse, même pour les riches...

Des résultats sportifs probants


Les départs de ses deux stars actés durant l'intersaison, l'AS Monaco semblait résolu à revoir ses ambitions sportives très nettement à la baisse. D'autant plus que le divorce du patron Dmitri Rybolovlev l'amputait en parallèle de 50% de sa fortune. Après un début de saison poussif -défaite à la maison contre Lorient, grosse branlée reçue à Bordeaux- le groupe de Leonardo Jardim s'est progressivement mis dans le rythme avec quelques séries positives dont une invincibilité toutes compétitions confondues en décembre et janvier. Certes, parfois en délivrant un football très défensif, mais le plus souvent en étant efficace. C'est ainsi que sans donner l'air d'y toucher, l'AS Monaco a laborieusement passé la phase de poules en Ligue des champions (avec quatre buts marqués en six matchs) et repris place dans la course pour le podium en Ligue 1. Les dernières interrogations sont parties en fumée lorsque l'ASM s'est imposée avec brio à l'Emirates Stadium d'Arsenal et s'est ouvert les portes des quarts de finale de la C1, soit aussi bien que Paris. La suite on la connaît : une élimination digne contre l'un des futurs finalistes -la Juventus-, et une troisième place en championnat au nez et à la barbe de l'OM de Marcelo Bielsa. Il y a pire pour une équipe sans ambition et dont la plupart des observateurs disaient en septembre…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant