Monaco et le bénéfice de l'absence

le
0
Monaco et le bénéfice de l'absence
Monaco et le bénéfice de l'absence

Pas de Jemerson à Manchester City, sans Kamil Glik ni Radamel Falcao lors du huitième retour, Djibril Sidibé blessé et Tiémoué Bakayoko suspendu à Dortmund... En ligue des champions, Leonardo Jardim doit souvent opter pour des seconds choix. Et n'a pas forcément à le regretter.

Peu nombreux étaient ceux qui croyaient en lui. On lui promettait même l'enfer. Face à Sergio Agüero, Leroy Sané, Kevin De Bruyne ou Raheem Sterling, il allait se casser la gueule. Mordre la poussière. Perdre ses reins. Finir en miettes. Et puis finalement, Andrea Raggi a assuré. Pas pendant 90 minutes, son corps ne lui a pas permis. Mais durant plus d'une heure, l'Italien s'est efforcé de se mettre au niveau de celui qu'il remplaçait. Pas une mince affaire quand il s'agit de Kamil Glik, considéré par beaucoup comme le véritable patron de la défense monégasque. Celui qui tient la baraque. L'indispensable, pensait-on. C'était sous-estimer son suppléant, et oublier que des absences peuvent parfois réserver de bonnes surprises.

Gagner avec des remplaçants, la belle histoire


Car pour le moment, Leonardo Jardim n'a pas regretté d'avoir à piocher dans la liste de ses seconds couteaux lorsqu'un titulaire habituel n'était pas là. Ce qui s'est toujours passé en ligue des champions depuis la fin de la phase de groupe. Soit lors des deux duels avec Manchester City et celui à venir contre le Borussia Dortmund. Trop peu pour en tirer des conclusions ? Peut-être. Reste qu'on peut toujours constater les éventuels bénéfices que les blessures ou les suspensions peuvent engendrer. Cela concerne surtout la défense : l'entraîneur portugais a d'abord dû faire sans Jemerson pour le voyage en Angleterre, puis sans Glik sur le Rocher, à chaque fois pour accumulation de cartons jaunes. Alors oui, l'arrière-garde a tremblé, et parfois vrillé lors des deux confrontations. Intrinsèquement, un Monaco avec Raggi aligné d'entrée est moins bon. Mais ce turn-over forcé permet de renforcer une chose fondamentale dans le football : la cohésion d'équipe.

SO FOOT CLUB - Kylian Mbappé

Pour réussir une campagne de C1 quand on ne possède pas l'un des meilleurs effectifs du monde, il faut non seulement pouvoir compter sur davantage que onze joueurs, mais aussi être accompagné d'une ambiance de vestiaire impeccable.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant