Monaco envoie un message à la Juve

le
0

A l'extérieur, ce Monaco là semble imprenable. Réalistes à souhait, les joueurs du Rocher s'imposent facilement face à Caen (0-3) et grimpent provisoirement sur le podium. Mais Monaco a perdu Jérémy Toulalan, sorti sur blessure.


Caen - Monaco
(0-3)

A. Martial (29'), Bernardo Silva (64'), Bernardo Silva (84') pour Monaco.


La troisième est la bonne. Après avoir perdu des points et des occasions de monter sur le podium face à Saint-Etienne la semaine dernière, puis Montpellier mardi, l'AS Monaco chipe enfin la troisième place (provisoirement) à l'Olympique de Marseille. Toujours aussi redoutables à l'extérieur, les Monégasques s'imposent en vieux briscards face à Caen, 3-0. Une leçon d'efficacité offensive et défensive. Mais aussi une soirée presque idéale avant le déplacement à Turin mardi. Presque, car les joueurs du Rocher ont sans doute perdu l'une de leur pièce maîtresse, Jérémy Toulalan, contraint de quitter les siens en seconde période à cause d'une douleur à la cuisse. Et l'on sait que lorsque Toulalan a mal, c'est toute l'équipe de Monaco qui boite.
Le crochet dévastateur de Ferreira-Carrasco
Pour Monaco, c'est donc Caen avant la Juve. Les rayures bleues et rouges avant les noires et blanches. Le stade Michel d'Ornano avant le Juventus Stadium. Mais surtout Emiliano Sala avant Carlos Tevez. Sevré de bons ballons en attaque, l'attaquant argentin s'illustre dans sa propre surface. Les deux bras en l'air, il détourne du coude une remise d'Andrea Raggi. La main est évidente, mais visiblement pas assez pour Monsieur Chapron qui ne bronche pas. Peu importe. Dans la foulée, Yannick Ferreira-Carrasco fait danser la défense caennaise avec un crochet ravageur et sert Anthony Martial sur un plateau. L'ancien Lyonnais ouvre parfaitement son pied et le score par la même occasion (0-1, 29e). Son septième but en championnat, le sixième en 2015. Gêné par le pressing normand, Monaco patinait jusque là. Mais Monaco a fait du Monaco. Patients, les hommes de Jardim ont verrouillé derrière, calmant les ardeurs caennaises. Avant de faire la différence sur l'une des rares occasions du match. Efficace.
La grimace de Toulalan
La quatrième attaque de la Ligue 1 a mauvaise mine. Malgré de l'envie et une certaine solidité, Caen galère pour s'approcher…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant