Monaco coule Rennes en douceur

le
0
Monaco coule Rennes en douceur
Monaco coule Rennes en douceur

Tout en maîtrise, l'ASM s'est défaite du Stade Rennais. Un match joué sur un train de sénateurs, avec une animation arrivée sur la toute fin grâce à deux coups de pétard de Lemar.

AS Monaco 3-0 Stade rennais

Buts : Falcao (42e), Lemar (90e et 92e) pour Monaco

Monaco est devenu un grand d'Europe depuis mercredi dernier. Elle est désormais une équipe qui bat des membres du podium de Premier League en Ligue des Champions, et qui s'avance tout droit vers le Bayer Leverkusen avec un grand sourire confiant au milieu du visage. Alors, à quoi bon être plus de 35 supporters au stade un samedi après-midi, alors qu'on doit déjà décuver notre Dom Pérignon de la veille, pour un vulgaire match contre Rennes, se sont sans doute dits les habitants du Rocher.

Dans un stade Louis II si désert qu'il en est presque inquiétant, les gars de l'ASM ont déroulé sans trop se fatiguer pour s'offrir le scalp de Rennais imprécis et pas assez saignants. Que le peuple de Monaco se rassure, il n'a rien raté de grandiose, si ce n'est une rencontre qui ressemblait à une sieste du samedi après-midi. Avec cette même douceur un peu innocente, ces mêmes soubresauts de temps à autres, et ce réveil violent ici incarné par le doublé de Lemar à la fin du chrono. Avec de belles histoires malgré tout : Radamel Falcao qui rugit à nouveau et qui ouvre son compteur de buts en Ligue 1, et Lemar qui crucifie Rennes dans les cinq dernières minutes avec deux buts, dont un bijou.

Radamel à la rescousse


La photo de famille du début de match est belle. Un duo Falcao-Germain dont on attend des merveilles, un Paul-Georges Ntep qui fait son retour chez les titulaires après 209 jours hors du onze de départ rennais, et une vingtaine de bonhommes autour qui étaient venus d'un des derniers bouts de France où il ne pleuvait pas ce samedi. Premiers à profiter du beau temps, les gardiens de buts, laissés tranquilles pendant quinze minutes par une début de match très calme. Costil n'a rien à faire, donc va couper des passes en sortant très haut. Subasic, lui, bronze et observe son collègue sortir la première parade du match sur un tir à bout portant de Touré au quart d'heure de jeu.

Le Croate se dérouille dix minutes plus tard en boxant une chiche de Sio, avant que Costil ne s'offre une nouvelle parade de costaud face à Germain. Puisqu'il n'y a personne dans les virages, ce sont donc les gardiens qui se…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant