Monaco, comment taper la Juve ?

le
0

Battu 1-0 à l'aller en Italie, Monaco est condamné à l'exploit pour voir les demi-finales de la Ligue des champions. Face à une Juventus ultra performante, quels motifs d'espoir pour les Monégasques ?

"Cette équipe de la Juve me fait penser à celle de 2003 qui a perdu aux penalties la finale de C1 contre le Milan AC. Nedvěd avait manqué le match pour suspension, c'était déjà très fort, très solide, capable de subir comme de faire le jeu." Fort de onze saisons professionnelles en Italie, principalement à la Lazio Rome, Ousmane Dabo suit encore avec intérêt la Serie A. Pour lui, l'AS Monaco fait clairement face à une montagne ce mercredi en quarts de finale retour de Ligue des champions, contre une équipe "sans point faible". Thomas Mangani, actuellement à Angers après avoir débuté la saison au Chievo Vérone, a affronté les Turinois fin août et se souvient d'une " équipe parfaitement huilée, avec des joueurs qui se connaissent sur le bout des doigt, un Pirlo qui distille les passes quand Vidal et Tévez cassent les lignes en se projetant vite vers l'avant." Ça promet.
Ne pas se laisser endormir
Ousmane Dabo en est persuadé, pour pouvoir passer, Monaco va devoir "élever son niveau de jeu et surtout imposer son rythme" à l'image de ce qu'avait su faire l'Olympiakos en phase de poules en octobre (victoire 1-0 des Grecs). Car s'ils savent faire le jeu, les Bianconeri peuvent aussi endormir les Rouge et Blanc. L'ancien de la Lazio estime qu'ils sont également très bons "pour poser le pied sur le ballon ou même tout verrouiller et jouer le contre ". Comme ce week-end contre les Laziali, quand les hommes d'Allegri ont laissé l'initiative à l'adversaire pour mieux le surprendre et s'imposer 2-0. "Cette équipe est difficile à jouer, car elle sait tout faire, il faut donc impérativement jouer à un rythme élevé dans l'espoir de les bousculer." D'autant plus que le score du match aller, 1-0 pour la Juve, place les Turinois dans une situation idéale "pour jouer en contre comme ce qu'avait fait Monaco à Arsenal en huitièmes..." Une situation loin d'être idéale d'après Mangani, car "cette défense est peu vulnérable sur attaque placée, les attaques rapides lui font bien plus de mal". Comment imaginer l'ASM jouer en contre avec un retard à combler ? "Il faudra peut-être laisser un peu le ballon à la Juventus", estime le défenseur angevin, "tout en étant opportuniste pour contre-attaquer à chaque montée italienne."



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant