Monaco au niveau

le
0
Monaco au niveau
Monaco au niveau

Pour le plus grand plaisir de son propriétaire Dmitri Rybolovlev, l'AS Monaco a tenu le choc sur la pelouse du Zénith Saint-Pétersbourg (0-0). Sérieux, les hommes de Jardim ont souffert en fin de match, bien que Ferreira Carrasco ait touché le poteau.


Zénith St. Petersbourg - Monaco
(-1--1)



Quand on cède 3,3 milliards d'euros à son ex-femme comme le propriétaire de l'ASM, nul doute que l'on porte une attention toute particulière aux chiffres. Et pour un Zénith qui se frise depuis le début de la saison, les calculs sont assez simples. Le club russe a pris 25 points sur 27 en championnat tout en ramenant la victoire de l'Estádio da Luz pour sa première dans la phase de poules de la Ligue des champions. Ce bilan flatteur met en relief la performance de l'AS Monaco ce soir. Sur les terres de Dmitri Rybolovlev, les hommes de Leonardo Jardim ont tenu le choc et se sont rassurés, même s'ils ont souffert en seconde période contre une équipe russe pas toujours inspirée. Les joueurs de la Principauté ont cependant montré de la maturité et repartent de Saint-Pétersbourg avec un point précieux qui leur permet de rester dans le sillage de leur adversaire du soir avec 4 unités.
Monaco fait mieux que résister
Pas déstabilisés par un petit stade Petrovski aux tribunes en partie dégarnies, les Monégasques réalisent une excellente entame de match. Entre intensité dans le pressing et fluidité dans la circulation de balle, l'ASM et Berbatov se procurent deux belles occasions avant même la dixième minute de jeu. Les Russes font le dos rond avant de réagir. Par Criscito d'abord (ou plutôt « Kris Kito », comme dirait Christian Jeanpierre) qui envoie un coup de pied dans le buffet de Dirar. Par le bulldozer Hulk ensuite qui remonte tout le terrain. Cette piqûre de rappel amorce un changement de physionomie. Peu à peu, les joueurs de la Principauté ne parviennent plus à tenir le ballon et reculent. Mais leur rigueur défensive et le peu d'inspiration d'une équipe du Zénith qui semble surtout raffoler des ballons de contre permettent à Daniel Subaši? de passer une première période tranquille. Juste avant la pause, c'est même Lucas Ocampos qui oblige le portier russe à une belle claquette sur une demi-volée consécutive à un ballon mal renvoyé.
0-0, la tête à......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant